Florent Manaudou et Frédérick Bousquet
Les deux nageurs français Florent Manaudou et Frédérick Bousquet | AFP - FRANCOIS XAVIER MARIT

Sale soirée pour les finalistes Bleus à Barcelone

Publié le , modifié le

Champion olympique en titre, Florent Manaudou n'a fini qu'en 5e position de la finale du 50m nage libre des Mondiaux, remportée par Cesar Cielo. Frédérick Bousquet a fini en 8e et dernière position, tandis que sur 50m papillon, Mélanie Henique, en bronze voici deux ans aux Mondiaux, a terminé à la 6e place. Et sa déception était énorme.

La soirée pouvait être un sommet pour la natation tricolore. Avec le 50 nage libre masculin et le 50 papillon féminin, elle avait trois chances de médailles en cette avant-dernière journée des Mondiaux. Mais à l'arrivée, cela s'est résumé à un zéro pointé. Et à une sombre soirée.

Passé en demi-finale après un barrage, Mélanie Henique était la première à finir hors du podium, à l'issue d'un 50m papillon trop rapide pour elle. Médaillée de bronze surprise à Shanghaï voici deux ans. "C'est une déception de ne pas vivre le podium, c'est sûr, mais ça n'en est pas une sur la saison entière. Je suis très heureuse d'avoir eu cette deuxième chance de faire ce barrage, d'avoir eu accès aux demies, à la finale. Il y a des sixièmes places qui valent vraiment beaucoup. Pour un retour, c'est pas mal. On va se contenter de ça, on va travailler, et l'année prochaine il y a l'Euro. On continue, on ne s'arrête plus maintenant." C'est à ce moment-là que l'émotion l'a rattrapée. L'an dernier, elle avait raté la qualification pour les Jeux Olympiques. Mais elle a beaucoup travaillé, sous la houlette de Michel Chrétien, dans le sillage de Jérémy Stravius, son double à Amiens. L'attente de cette première course aux Mondiaux, la crispation de ce barrage... "C'était une finale relevée", balbutiait-elle. "Je n'ai aucun regret. Il y a deux ans, j'étais la surprise, alors que là, j'étais attendu. J'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette course. Cette 6e place, elle est belle malgré tout."

"Ca arrive de faire des erreurs"

Grand favori pour le titre du 50 nage libre après avoir réalisé le meilleur temps des séries et des demi-finales, Florent Manaudou n'a pas pu rééditer ses performances, terminant à la 5e place en 21"64. "Rien ne se passe comme il faut parce qu'après mon départ, je vois les autres qui reviennent après 3-4 mouvements", racontait-il après sa course. "Je vois Nathan (Adrian) à ma gauche qui revient. Je ne me suis pas senti comme hier. Je venais pour gagner, mais pendant la course, je ne m'attendais pas à mieux que cette 5e place. Mon entrée dans l'eau n'est pas aussi bonne que d'habitude, alors que c'est mon point fort. Ca arrive de faire des erreurs." Visiblement, Florent Manaudou est clairement moins déçu que Mélanie Henique. "Sur l'ensemble de la compétition, je pense que les autres savent que je suis le meilleur vu ce que j'ai montré en séries et en demi-finales", conclue-t-il. Mais le champion olympique n'est que 5e mondial sur cette course. "C'est un échec", concède-t-il.

Pour Frédérick Bousquet, il n'y a aucune déception. Après avoir pris le bronze sur 50 papillon, il est juste content d'avoir atteint cette deuxième finale mondiale de la semaine: "Je suis vraiment très content d'y avoir participé. Très content." Totalement vidé, sans énergie, le Marseillais avoue: "Je n'ai rien fait depuis hier afin de refaire un peu de jus, pour ne pas sentir la fatigue. Mais ça a craqué encore plus tôt qu'hier." Mais après une saison compliquée, il savoure le moment: "Cela me donne une bonne information pour la saison prochaine, sur le travail à effectuer, notamment monter en volume. Même si je me sens craquer dans la course, même si les jambes commencent à fléchir, que mon corps bouge à droite à gauche, je prends quand même du plaisir. Cette finale, c'était inespérée pour moi." A 31 ans, Bousquet s'assagit, mais il n'y a pas que ça: "Je souhaite positiver. Je suis plus près de la fin que du début de ma carrière. Je pourrais être déçu de finir 8e, mais je suis en pleine construction. Tout le chemin qu'on a effectué depuis le début de la saison, semé d'embûches... On s'en sort pas mal." Et comme d'habitude, il jetait un regard sur la performance de Florent: "Il a parfaitement contrôlé hier. Il en avait encore sous le pied. Mais quand on essaye de passer la vitesse supérieure, on commence à glisser. Je pense que c'est ce qui s'est passé. Cela fait partie de son apprentissage. Il est encore très jeune, même s'il est champion olympique."

En attendant, la France est toujours bloquée à six médailles.

Vidéo: La finale du 50 nage libre