Guy Novès et Bernard Laporte
Guy Novès et Bernard Laporte avant le clash | AFP - CHRISTOPHE SIMON

XV de France - Une semaine décisive pour trancher

Publié le , modifié le

Trois semaines après la fin calamiteuse des tests matches de l'automne, l'équipe de France est auscultée sous toutes les coutures. Bernard Laporte, le président de la FFR, a en effet décidé de confier à Serge Simon, son vice-président, le soin de faire un audit. Les personnes, l'organisation, les ambitions, tout est en jeu. A moins de 2 ans de la Coupe du monde, le temps presse. Aujourd'hui, il devrait rencontrer Guy Novès et son staff. Pour la remise d'une synthèse en fin de semaine. Et des décisions ensuite ?

Changer les hommes ? Révolutionner le système ? Adapter à la marge ? Le XV de France est soumis à un examen. Approfondi dans l'ambition mais rapide dans le temps. Une semaine pour diagnostiquer ce qui ne va pas, voilà la mission confiée à Serge Simon.

"L’idée n’est pas de savoir s’il faut changer telle ou telle personne, mais nous avons une opportunité unique de démontrer que l’équipe de France n’est pas devenue la plus mauvaise des sélections". Voilà comment Serge Simon a expliqué sa mission de la semaine, dans Midi Olympique. Après avoir été massivement conforté lors des élections des comités régionaux (11 comités sur 13 ont été remportés par les liste pro-Laporte) le week-end dernier, Bernard Laporte "souhaite profiter de ce moment où tout notre rugby est mobilisé sincèrement pour sortir les Bleus de l’ornière pour impliquer tout le monde", selon son vice-président.

Après six matches consécutifs sans victoire, l'équipe de France est au plus mal.  Elle n'est plus que la 9e nation du monde au classement IRB, juste devant les Fidji. Le 3 février prochain, le Tournoi des 6 nations débute avec la réception de l'Irlande, que les Français n'ont battue qu'une fois lors des 7 derniers affrontements. De retour sur le podium de la compétition en 2017 pour la première fois depuis 2010, l'équipe de France sera face à un nouveau virage. A un an et demi de la Coupe du monde au Japon, elle ne peut plus continuer à s'enfoncer. Mais a-t-elle encore le temps et les moyens de se révolutionner ? 

Quels problèmes, et quelles solutions ?

Avant même la victoire à l'élection de Bernard Laporte, des rumeurs annonçaient qu'une fois en place, il licencierait Guy Novès, fraîchement nommé. Dans les faits, rien ne s'est passé, mais les deux hommes ont régulièrement dû répondre à des questions sur le sujet. Deux des plus beaux palmarès d'entraîneur français au chevet de l'équipe de France, cela semblait prometteur.

Les mauvais résultats ont remis au goût du jour cette possibilité de voir un sélectionneur ne pas finir son mandat pour la première fois depuis Pierre Berbizier en 1995 (démission). En manque de jeu, en manque de puissance sur le terrain, en manque d'idées, les Bleus semblent perdus sur le terrain. Malgré dix semaines de repos/préparation pendant l'été pour une trentaine de joueurs, la France n'a pas semblé en meilleure forme physique que ses rivaux. Il faut dire que la quinzaine de blessés ne leur a pas permis d'être sur le pré en novembre.

Un problème d'hommes ?

Alors, quelles solutions ? C'est à cette question que Serge Simon doit apporter des réponses. L'équipe de France souffre. S'agit-il de problèmes de personnes (staff comme joueurs) ? Y a-t-il une inadéquation entre le jeu demandé par le staff et celui exigé par le très haut niveau ? Peut-il y avoir une meilleure collaboration entre l'équipe de France et les clubs, alors qu'on loue depuis des années le niveau du Top 14 et les performances des clubs français sur la scène européenne ?

Tous les sujets sont sur la table, en théorie. Car les relations fraîches entre Simon et Novès sont connues. Confier cet audit à son ancien pilier peut donc s'apparenter à un signe envers le sélectionneur. Et cet audit est forcément un affaiblissement du staff. Par ailleurs, rares sont les techniciens à se trouver sur le marché, notamment les Galthié, Labit-Travers, souvent cités pour occuper à terme ce poste. Reste à espérer que la remise de l'audit, à une semaine de Noël, apporte de jolies cadeaux et plein de solutions...

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze