Lima Sopoaga
Le Néo-Zélandais Lima Sopoaga | FRANCK FIFE / AFP

Une voie s'ouvre au Nord pour les joueurs des All Blacks

Publié le , modifié le

Porter le maillot noir à la fougère et celui d'un club de l'hémisphère nord, c'est pour bientôt. Enfin pas n'importe où puisque face à la tentation de l'exode de ses joueurs, la Fédération néo-zélandaise (NZR) a signé un partenariat sportif et commercial avec les Harlequins de Londres.

C'est une grande première et c'est exclusif. Une porte ouverte aux All Blacks vers les sirènes sonnantes et trébuchantes de la vieille Europe. Jusqu'à cet accord, les internationaux qui souhaitaient jouer en club à l'étranger devaient rendre leur maillot noir. Ils devenaient inéligibles pour la sélection nationale. A l'image de Dan Carter, Richie McCaw et Sonny Bill Williams, il est ainsi devenu récurrent de voir des stars all blacks prendre des "années sabbatiques" dans le Nord avant de revenir au pays pour les grosses échéances internationales. L'exode a atteint son paroxysme avec les départs de joueurs dans la fleur de l'âge comme Aaron Cruden (Montpellier), Lima Sopoaga (Wasps) et Steven Luatua (Bristol), vidant du même coup le réservoir de joueurs sélectionnables.

Ce flux migratoire vers l'Europe, principalement Top 14 et Premiership, a poussé la NZR a réagir en signant un partenariat unique avec les Harlequins où selon le New Zealand Herald les All Blacks pourraient jouer sans perdre leur éligibilité. "Un nouveau territoire" s'est réjoui le patron du rugby néo-zélandais Steve Tew. "Cette relation unique va créer des connections utiles dans cette partie du monde. Avec sa forte communauté d'expatriés, Londres est d'une importance stratégique clé pour nous." "Cela va créer de vraies opportunités pour les deux côtés, avec des joueurs, des entraîneurs capables d'apprendre d'environnements différents avec des personnes, des cultures et des défis différents", a-t-il poursuivi.

Dans un communiqué, la fédé néo-zélandaise précise que les Harlequins et les All Blacks vont coopérer sur des projets "en relation avec les ressources de joueurs et d'entraîneurs, l'entraînement collectif, et les opportunités commerciales", sans précisions. Un échange à deux sens qui pourraient également permettre à des Anglais d'évoluer en Nouvelle-Zélande. Terre d'accueil privilégiée des All Blacks, la France aura-t-elle dans ses rangs un club partenaire de la NZR dans le futur ? Pour le bien de l''équipe de France, ce ne serait pas forcément une bonne nouvelle de voir débarquer des Kiwis à la pelle dans un club huppé du Top 14 et à des postes clés sur le terrain.