L'équipe de France à l'entraînement à Marcoussis
L'équipe de France à l'entraînement à Marcoussis | AFP - Philippe LOPEZ

XV de France - Le raz de marée de la jeunesse pour se relancer

Publié le , modifié le

Pour préparer son premier Tournoi des 6 Nations en tant que sélectionneur, Jacques Brunel a décidé de renouveler l'équipe de France. Par choix (Picamoles, Trinh-Duc...), mais aussi sous la contrainte des blessures (Parra, Dulin, Fofana...) et suspension (Bastareaud). Pour affronter l'Irlande, samedi (18h, en direct sur France Télévisions), dans le premier match du Tournoi, il s'appuiera donc sur un seul trentenaire (Guirado), et seulement quatre joueurs qui ont plus de 28 sélections au compteur (Guirado, Machenaud, Slimani, Vahaamahina), pour une moyenne d'âge de 25 ans. Un sacré pari.

Seulement 11 joueurs de l'équipe de France comptent plus de 12 sélections. Seulement 4 en ont plus de 28. Et en cumulant le nombre de capes des 21 autres joueurs, on arrive au chiffre de 59 sélections, soit 4 de moins que le seul Jonathan Sexton, l'ouvreur de l'Irlande et ses 63 matches internationaux.

Guirado, dernier des Mohicans trentenaires

Même le capitaine français, Guilhem Guirado n'arrive pas à la hauteur du joueur du Leinster, puisqu'il compte 56 capes. Le talonneur du RCT fait d'ailleurs figure de dernier des Mohicans, puisque le toujours capitaine des Bleus, est le seul à avoir passé la barre des 30 ans. La moyenne d'âge de 25 ans au sein de ce groupe ne montre pas totalement le manque d'expérience de ces joueurs.

Il faut dire que Jacques Brunel est contraint de renouveler le XV de France. D'abord parce que comme tous ses prédécesseurs, il doit faire face aux blessures et suspensions. Pour ce premier match, les blessures longue durée (Fofana, Lopez...) ont été amplifiées par celles plus récentes (Parra, Dulin) voire aux maladies (Chat) et suspension (Bastareaud). C'est le lot des sélectionneurs français, soumis au rythme infernal du Top 14, accompagné de la Coupe d'Europe.

36 défaites en 66 matches depuis 2012

Ensuite, en raison de ses résultats. Entre 2016 et 2017, la France a perdu 13 de ses 21 matches, finissant avec un nul contre le Japon. Et depuis sa place de finaliste lors de la Coupe du monde 2011, les Bleus ont été vaincus à 36 reprises, pour 27 victoires et 3 nuls. Bref, pour résumer, le rugby français est bien malade.  Le diagnostic est connu. Pour le remède, Jacques Brunel a donc décidé d'apporter du sang neuf.

Symbole de ce renouvellement: Matthieu Jalibert. Le demi d'ouverture de Bordeaux-Bègles se trouve cité pour occuper le poste de N.10 au Stade de France. Il n'a que 19 ans, est appelé pour la 1re fois et a gagné ses galons de titulaire à l'UBB au gré des absences des titulaires. Mais depuis, il fait l'unanimité. Et son ancien entraîneur de club pourrait le lancer dans le grand bain face au très expérimenté Sexton. Comme lui, Pélissié, Gomes Sa, Lambey, Palis, Priso et Tauleigne pourraient honorer leur 1re cape. A ceux là, il faut ajouter les révélations de novembre (Belleau 2 sélections, Dupont 6, Doumayrou 2), mais pas seulement. Belle pioche en 2016, Jonathan Danty (4 capes) revient à Marcoussis, comme Benjamin Fall (6 sélections) dont la 1re en Bleu remonte à 2013. 

 

6 Irlandais à plus de 50 sélections, 1 seul Français

Pour faire face aux expérimentés Best (104 sélections), Kearney (78), Sexton (63), Earls (61), Cronin (56), Murray (50) ou encore Toner (48), le XV de France comptera donc sur Guirado (56 capes), Slimani (41), Machenaud (31), Vahaahina (28), soutenus par Ben Arous (19), Lamerat et Serin (16), Gourdon et Vakatawa (15), Poirot (14) et Lauret (12). Et encore, cinq de ces onze joueurs ont débuté leur parcours international en 2016. Pour montrer le chemin à cette vague de jeunesse, l'expérience sera ténue. Est-ce mieux pour effacer le passé et repartir d'une feuille blanche.

Le phénomène Jalibert

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze