Tournoi des 6 Nations - La France, battue, s'enfonce davantage en Ecosse avec un 8e match de suite sans victoire

Tournoi des 6 Nations - La France, battue, s'enfonce davantage en Ecosse avec un 8e match de suite sans victoire

Publié le , modifié le

Pour le 8e match de suite, l'équipe de France n'a pas gagné. Une semaine après la défaite à domicile (15-13) contre l'Irlande, les Bleus ont concédé une nouvelle défaite en Ecosse (32-26), lors de la 2e journée du Tournoi des 6 Nations. Malgré un doublé de Thomas, malgré une bonne 1re période, la formation de Jacques Brunel a été dominée en 2e, trop indisciplinée face à des Ecossais très joueurs, et même trop joueurs pour ces Bleus là. La France devra désormais éviter la Cuillère de Bois.

Onze mois sans victoire. Cela fait très long. Depuis le succès contre le pays de Galles (20-18) le 18 mars 2017, la France n'a plus levé les bras au ciel à l'issue d'une rencontre.  Et cela n'a pas changé à Murrayfield. La série noire se poursuit, avec une deuxième défaite de suite dans ce stade. alors que les Ecossais n'avaient battu les Bleus qu'une fois entre 2000 et 2015. Le signe d'un rééquilibrage, en défaveur des Français.

Teddy Thomas avait éclairé le France-Irlande de la semaine passée en inscrivant le seul essai de la rencontre. A Murrayfield, il a de nouveau fait étalage de son talent à se créer des espaces sur son aile droite. Car sa première réalisation de la journée, la 7e de sa carrière internationale pour le compte de sa 10e sélection, il ne la doit qu'à lui-même, et à ses jambes. Un cadrage-débordement d'école, et il s'empare de la clé des champs pour ouvrir le compteur tricolore dès la 3e minute. Une pénalité de Machenaud six minutes après donnait à la France un avantage net (10-0). 

Le 1er essai de Thomas

Cela faisait bien longtemps que le XV de France n'avait plus été à pareille fête. Cela faisait bien longtemps que le volume de jeu n'avait pas atteint ce niveau. Il faut dire que les Ecossais sont connus pour ne pas fermer le jeu. Et ils ne sont pas démunis de talent. A la 12e minute, sur un mouvement au large, Russell décalait Maitland en bout de ligne pour le premier essai du Chardon en bout de ligne (12e, 10-7). Au lieu de douter, et malgré quelques élans offensifs contrecarrés par des approximations, les Français reprenaient le large, encore une fois grâce à l'ailier du Racing 92. Une longue séquence, un ballon qui arrive sur l'aile de Thomas, qui tape à suivre et bénéficie d'un rebond favorable dans l'en-but qui trompe le demi de mêlée Laidlaw, pour son deuxième essai personnel. Son 8e sous le maillot bleu (27e, 17-7).

L'Ecosse recolle aussitôt

Le doublé pour Thomas

Mais encore une fois, l'Ecosse réagissait très rapidement par le centre Jones, qui perçait le centre de la défense adverse pour aller dans l'en-but, au terme d'une longue action (32e, 17-14). Juste avant la pause, une nouvelle pénalité de Machenaud offrait un peu plus d'air (20-14). Mais au retour des vestiaires, les Bleus accumulaient les fautes. Laidlaw, le joueur de Clermont, se faisait plaisir en rentrant deux pénalités (43e, 48e), auxquels répondait simplement le pied de Serin (46e), entré à la mi-temps en remplacement de Machenaud blessé. La malédiction de la charnière tricolore se poursuivait, après les blessures de Dupont et Jalibert la semaine passée. Avec un nouveau coup de pied de Serin (57e), la France gardait une petite marge (26-20). 

13 pénalités contre les Bleus, 10 contre les Ecossais

Sauf que l'indiscipline française, déjà pointée du doigt la semaine dernière par Jacques Brunel, remettait les Ecossais en selle à l'heure de jeu (60e, 64e, 26-26). Sous pression, le XV de France reculait. Rappelé après six années d'absence, Lionel Beauxis, très inspiré et inspirant depuis le début du match, commettait un en-avant coupable. Le symbole d'une fébrilité qui s'emparait des Bleus, comme lors de cet arrêt de volée de Doumayrou, qui la jouait aussitôt alors que ses coéquipiers n'étaient pas en place. 

A la 70e minute, une nouvelle faute tricolore offrait l'avantage au XV du Chardon pour la première fois de la rencontre (29-26). Et l'indiscipline offrait trois nouveaux points à Laidlaw (76e, 32-26). Contraint de marquer un essai, la France devait surtout remettre la main sur le ballon. Mais les fautes sont trop présentes dans son jeu pour retrouver le chemin de la victoire.

Face aux changements, les constats restent les mêmes

L'Irlande avait fait preuve de réalisme. L'Ecosse a fait preuve d'ambitions dans le jeu. Lors des deux premiers matches, la France a été incapable de relever les défis proposés. Quelque soit l'opposition, elle semble sans solution. Peu importe les joueurs sur le terrain, peu importe le sélectionneur en place, le constat demeure invariablement semblable. Le manque de réactions sur le terrain est flagrant. Le XV de France s'enfonce, à un an et demi de la Coupe du monde au Japon.

La réaction de Guilhem Guirado

Le tweet rageur de Clive Woodward, champion du monde avec l'Angleterre en 2003

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze