XV de France
Le XV de France en plein doute | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Tournoi des 6 Nations - France-Italie : huit galères suffisent !

Publié le , modifié le

Le XV de France, qui reste sur huit matchs sans victoire (sept revers et un nul), n'a plus le droit à l'erreur face à l'Italie vendredi soir à Marseille. Une nouvelle défaite, contre l'équipe supposée la plus faible du Tournoi, plongerait les Bleus dans une crise sans précédent.

L'équipe de France est au bord du précipice. Encore un pas et c'est la chute. Une défaite, au Vélodrome de Marseille, précipite les Bleus au fond du ravin. La fameuse "cuillère de bois" attribuée à l'équipe qui perd tous ses matchs dans un même Tournoi, ne serait qu'anecdotique. Car le mal est bien plus profond, entre déficit de jeu, de talent, remise en cause de l'encadrement qui vient à peine d'arriver, et véritable crise identitaire. La dernière frasque de certains joueurs, après la défaite en Ecosse, ne fait qu'exacerber le sentiment que les Bleus coulent et qu'ils ne font rien pour refaire surface. 

L'objectif est donc limpide. Remporter un match, enfin. Stopper l'hémorragie, éviter d'être "fanny". Cela fait plus de soixante ans (1957) que la France n'a pas perdu tous ses matches dans le Tournoi, une époque où il se disputait à cinq nations. Sans cette Squadra Azzurra qui a encaissé 102 points en deux rencontres (15-46 contre l'Angleterre et 19-56 en Irlande) et constitue a priori la seule chance pour les Bleus d'éviter le zéro pointé. Car ils recevront ensuite l'Angleterre (10 mars), double tenante du titre, avant un dernier déplacement au pays de Galles (17 mars).

Bastareaud comme un guide

Si ce n'était le soleil qui brille à Aix-en-Provence, lieu de préparation du rendez-vous de vendredi, les Bleus broieraient vraiment du noir avant de retrouver les Transalpins. "Forcément, le groupe a pris un coup au moral avec ces deux défaites. On sent l'ambiance un peu pesante. Mais aussi que les mecs ont vite tourné la page" a estimé le deuxième ligne Romain Taofifenua.

Pour ce match, Jacques Brunel et son encadrement ont dû composer avec les suspendus d'Edimbourg (Belleau, Danty, Iturria, Lambey, Lamerat, Macalou, Picamoles et Thomas), tout en écartant des joueurs au rendement insuffisant en Ecosse. Rémy Grosso remplace donc Virimi Vakatawa à l'aile tandis que Hugo Bonneval se substitue à Geoffrey Palis au poste d'arrière. Pour le reste , le retour le plus attendu est celui de Mathieu Bastareaud. Pour ce rendez-vous contre l'Italie, Brunel attend du Toulonnais (29 ans, 42 sél.) qu'il soit le guide d'une ligne de trois-quarts renouvelée à 80% et inexpérimentée (5 sélections en moyenne pour les quatre autres joueurs). au final, c'est peut-être cette insouciance et cette fraîcheur qui vont sortir cette équipe de France de l'ornière.