Anton Lienert-Brown s'apprêt à plaquer Matera lors du match entre les All Blacks et l'Argentine
Anton Lienert-Brown s'apprêt à plaquer Matera lors du match entre les All Blacks et l'Argentine | MARTY MELVILLE / AFP

Four Nations: les All Blacks viennent à bout de coriaces Pumas

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande a remporté son troisième match consécutif dans le Four Nations en battant l’Argentine (39-22) ce samedi à New Plymouth. Malmenés durant une bonne heure par des Pumas accrocheurs sous une pluie qui arrangeait les outsiders, les All Blacks ont fait la différence en fin de rencontre alors qu’ils étaient menés 22-15 à la 50e. Leur réservoir de joueurs, le talent individuel de ceux-ci, et leur faculté à ne jamais s’affoler ont toutefois assuré l’essentiel contre des Argentins vaillants mais pas assez endurants pour empocher leur première victoire face aux maîtres du monde. Les Kiwis restent toutefois sous la menace des Springboks dans la compétition phare de l’hémisphère Sud.

Les All Blacks attaquent fort

Après un début de rencontre territorialement en faveur de l’Argentine qui aurait pu bénéficier d’une pénalité pour des hors-jeu adverses successifs, les All Blacks ouvraient le score dès la 8e minute sur leur première véritable accélération du match : après avoir fixé la défense argentine, les Néo-Zélandais écartaient très vite grand côté vers McKenzie qui faisait la différence pour servir d’une passe sautée son ailier Nehe Milner-Skuder pour un essai en coin imparable (5-0). Les Pumas réagissaient dans la foulée sur une pénalité de Sanchez consécutive à une faute de Kieran Read (7-3, 13e). Mais les locaux remettaient le couvert immédiatement : bon travail du pack, libération rapide qui se termine par un coup de pied rasant parfait de Beauden Barrett pour Lienert-Brown (10-3, 18e).

Les Pumas virent en tête à la pause

L’Argentine, elle, ne parvenait pas à franchir la ligne d’en-but et se contentait de concrétiser sa bonne passe par un coup de pied lointain de Boffelli (10-6, 24e). Avant de revenir à un petit point après un drop de Sanchez à la demi-heure (10-9). Les Sud-Américains rivalisaient dans le combat mais laissaient des plumes à défendre comme des morts de faim. Juste avant la pause, les Blacks inscrivaient un troisième essai par Israël Dagg après avoir usé la défense des Ciel et Blanc pourtant courageuse (15-9 après une nouvelle transformation ratée par Barrett, 39e). Mais ce sont les Pumas qui finissaient mieux ce premier acte avec un bon travail des avants dont une charge de Creevy ponctué par un essai presque sous les perches de Nicolas Sanchez. L’Argentine virait en tête à la pause (15-16 après la transformation de l’ouvreur argentin).

L’Argentine y croit

Dès l’entame du second acte, les Argentins confirmaient leur bonne prestation (pénalité de 50 m de Boffelli consécutive à une faute des Kiwis en mêlée, 15-19, 43e). Malheureusement pour eux, Sanchez manquait une pénalité abordable, dans l’axe, qui aurait pu donner sept longueurs d’avance aux siens après un nouvel effort en mêlée fermée (48e). Les All Blacks subissaient la domination argentine et les impacts. Ils se mettaient à la faute pour éviter l’essai (Barrett) mais Monsieur Gardner les sanctionnaient logiquement d’un carton jaune et Sanchez ajustait la mire (15-22, 50e).

La Nouvelle-Zélande termine mieux

Mais la Nouvelle-Zélande n’avait pas le temps de trembler, le phénomène Fifita s’échappant sur l’aile gauche pour aplatir en coin après une course rageuse (22-22 après la transformation de Sopoaga, 53e). Le demi d’ouverture remplaçant temporaire de Barrett manquait ensuite la cible (58e). Mais la machine noire était enfin en marche. Après de nombreux temps de jeu et l’avantage laissé par l’arbitre malgré les fautes adverses, les Blacks parvenaient à conclure en coin grâce à McKenzie suite à une belle passe par-dessus signée Perenara. Sopoaga transformait (29-22, 65e). Puis un superbe essai conclu par McKenzie était logiquement refusé pour un léger en-avant de passe de Fifita. Sopoaga tuait toutefois le suspense à dix minutes du terme après une nouvelle pénalité de Sopoaga après une énième faute argentine (32-22). Et Barrett sonnait le glas des espoirs argentins en marquant un ultime essai à la dernière minute (le 23e sous le maillot des Blacks pour l'ouvreur talentueux). Sopoaga transformait facilement pour donner un peu plus de relief au succès des siens (39-22). Comme toujours, les Pumas n'avaient pas tenu la distance (39-22). 

Tournoi des Quatre Nations