Bath Biarritz Ngwenya Abendanon placage H Cup 10 2010
Ngwenya (Biarritz) face à Abendanon (Bath) | AFP - Adrian Dennis

Toulouse sauvé des eaux, Biarritz surprend Bath

Publié le , modifié le

Sous une pluie battante, Toulouse a souffert pour venir à bout des London Wasps 18-16 lors de la première journée de la Coupe d'Europe (poule 6). Les Anglais ayant notamment raté une pénalité en toute fin de match. Le Biarritz Olympique, lui, s'est imposé 12-11 (poule 4) sur la pelouse de Bath. Le BO réalise un bel exploit en terre anglaise. La botte de Yachvili a fait la différence malgré l'essai anglais.

Toulouse tout près du piège...

Le Stade Toulousain est parvenu à se sortir du  guêpier des Wasps, battus (16-18) grâce à une mêlée omniprésente et conquérante et au pied de Skrela, auteur de tous les points de son équipe, et ceci malgré une pluie incessante durant tout le match. Ce succès in extremis sur leurs terres permet aux hommes de Guy Novès de se placer deuxième de leur groupe à égalité de points avec Glasgow, vainqueur vendredi (21-13) des Gallois de Newport-Gwent Dragons. Quatre mois après son quatrième titre, le Stade toulousain voulait marquer un grand coup mais la pluie  incessante ne leur a donné que peu d'occasions de faire valoir leurs capacités offensives. Les Wasps, qui se refont la santé en championnat d'Angleterre grâce à une très courte victoire (25-24) à Sale la semaine passée, ont attendu la seconde mi-temps pour offrir un jeu moins stéréotypé que de multiples chandelles.

Le Stadium assistait à une séance inédite à l'heure de jeu. Sur un coup de  pied au-dessus de la défense toulousaine, Poitrenaud et Kelleher se gênaient  laissant à Lemi, entré en jeu à la place de Haughton, la possibilité de plonger  dans l'en-but. La balle était reprise par Clerc qui dégageait et le jeu se poursuivait quand M. Clancy a interrompu l'action. Après visionnage des images, l'essai était validé plus d'une minute après sa réalisation (15-16, 65e) sous les huées du Stadium, douché par ce revirement. Jusque-là le tableau d'affichage n'était occupé que par des coups de pénalités de Skrela - six sur sept au total - et Dave Walder, côté Wasps.

Une nouvelle pénalité de l'ouvreur toulousain pour une faute provoquée par ses avants laissait un mince espoir, qui tenait en dépit d'une pénalité accordée  à Walder et ratée par l'ouvreur à deux minutes du coup de sifflet final. Les équipiers de Jauzion sauvaient une situation parfois compromise, les  Londoniens décrochaient un précieux point de bonus défensif.

"Je  pense que l'on a fait preuve de patience face à une équipe des Wasps, qui, aujourd'hui, mérite la victoire tout comme nous. Notre calme dans les quinze  dernières minutes nous a permis de revenir et d'inscrire trois points précieux, alors que les Wasps ont eu la même occasion et n'ont pas pu concrétiser", a indiqué Guy Novès, manager du stade toulousain". Nos  avants ont été très bons toute la partie et pas une seule mi-temps comme ils  l'avaient été contre le Racing. La satisfaction est finalement d'avoir gagné  après une partie difficile et je suis lucide sur le fait que l'on peut perdre le match sur la dernière pénalité", a-t-il ajouté.

Le BO fait le beau

La courte mais précieuse victoire de Biarritz sur le terrain de Bath, concurrent direct à la qualification, lui offre de belles perspectives dans une poule 4 assez abordable où les Rouge et Blanc font désormais figure de favoris avec l'Ulster. La rencontre à Bath n'a pourtant pas été de tout repos et il a fallu que les Biarrots retrouvent leur rigueur et leur discipline pour retourner une situation compromise d'entrée. Pour un placage au cou de Bond, Bath récoltait une première pénalité mais Ollie Barkley manquait la cible. Deux minutes plus tard, le centre anglais ouvrait le score après un hors jeu biarrot (3-0, 4e). Dominés dans la zone plaqueur plaqué, les Basques se mettaient trop à la faute (trois pénalités concédées en seulement six minutes). Et ce qui devait arriver arriva: les Bleu et Noir inscrivaient un bel essai en coin par le demi-de-mêlée Claassens suite à un beau mouvement des lignes arrières. Barkley ratait la transformation (8-0, 9e). Le BO, lui, balbutiait son rugby en accumulant les scories.

A la fin du premier quart d'heure, au plus fort de la domination basque, quelques erreurs grossières empêchaient les vice-champions d'Europe de réduire l'écart. Bond, notamment, choisissait de donner à hauteur à Ngwenya, lancé plein gaz à sa hauteur mais repris par un placage, alors qu'un petit coup de pied à suivre aurait été plus judicieux. A la demi-heure de jeu, Gimenez perçait plein champ mais il commettait un en avant sur sa passe à Yachvili à dix mètres de la ligne et les Anglais pouvaient se dégager in extremis. Bath manquait également une très belle occasion peu avant la pause mais la défense biarrote veillait au grain. L'attaque, en revanche, n'allait pas mieux avec un nombre ahurissant de fautes de main. Biarritz rivalisait largement avec son adversaire mais le score ne bougeait pas jusqu'à la mi-temps. Les coéquipiers d'Imanol Harinordoquy revenaient avec de meilleurs intentions d'entrée de seconde période et Yachvili ouvrait le compteur biarrot à la 43e après un hors jeu anglais (8-3). Dans la foulée, Barkley ratait une pénalité dans l'axe. Biarritz se mettait à vraiment y croire. Et Yachvili ramenait son équipe à 8-6 à la 51e après une bonne pression qui obligeait les joueurs de Bath à se mettre à la faute. A la 53e, le BO se voyait logiquement refuser un essai, Lakafia ayant rampé pour aplatir alors qu'il aurait dû lâcher le ballon sur le placage. Cela n'empêchait pas les visiteurs de poursuivre leur domination territoriale et Yachvili de donner l'avantage aux siens (8-9, 55e). Bath réagissait et revenait dans la camp adverse pour permettre à Barkley de score trois points très importants à 12 minutes de la fin (11-9).

Immédiatement après, Damien Traille manquait d'un cheveu un drop "facile". Les Basques enchainaient les temps de jeu et le pilier Wilson, pris par la patrouille en position de hors jeu, écopait d'un carton jaune à la 71e minute. Yachvili redonnait l'avantage aux siens sur la pénalité (11-12). Et Bath allait évoluer à dix toute la fin du match. Mais les Anglais attaquaient fort et le BO était contraint de défendre de façon acharnée. Ils parvenaient à se dégager de fort belle manière après un contre initiée par Ngwenya et prolongé par Coetzee. Ils géraient ensuite parfaitement la fin de match pour finalement conserver cette courte avance.

Voir la video