Toulouse éliminé par Edimbourg

Toulouse éliminé par Edimbourg

Publié le , modifié le

Battu par les vaillants Ecossais d'Edimbourgh, contre qui ils n'avaient pourtant perdu qu'une fois en onze confrontations, le Stade Toulousain a été éliminé en quart de finale de la Coupe d'Europe (19-14). Dominateurs en Top 14, les Rouge et Noir auront manqué leur campagne en H Cup. Il ne reste plus que Clermont, qui joue dimanche, pour sauver les meubles français. Dans l'autre quart du jour, le Leinster a surclassé Cardiff (34-3).

Edimbourg en voulait plus. Tout simplement. Face à un XV toulousain à la préparation tronquée et miné par le déchet technique, les Ecossais ont fait prévaloir une fraîcheur et un enthousiasme supérieurs. Sans être géniaux, les partenaires de Mike Blair se hissent en demi-finale pour la première fois de leur histoire. A contrario, les Stadistes, qui s'étaient déjà qualifiés par la petite porte, quittent donc la compétition dès le premier match couperet. Les fautes de main ont coûté cher, très cher...

Ce qui s'appelle se faire cueillir à froid. Deuxième minute, Matanavu, à la réception d'une chandelle, cafouille et Blair pointe le bout de son nez pour inscrire en filou le premier essai du match ! Cela ne pouvait pas plus mal commencer pour les Rouge et Noir. Heureusement, ces derniers ont pour eux une expérience en H Cup forgée par 14 participations en quarts de finale sur 17 possibles qui leur permet de ne pas paniquer. Beauxis ajuste deux pénalités qui rapprochent les Stadistes à deux points (7-6, 20e). Il n'en demeure pas moins que le début de match des hommes de Guy Novès ne plaident pas en faveur d'un optimisme béat :La mêlée est mise en difficulté et la touche défectueuse (3 ballons perdus dans l'alignement). Sans conquête point de salut.

L'éclaircie Matanavu

Par bonheur, Toulouse possède assez de vécu pour savoir gérer temps forts et temps faibles. Ainsi, quand Edimbourg écope de deux cartons jaunes à trois minutes d'intervalle, les quadruples champions d'Europe en profitent illico. Beauxis fait passer les siens devant au score d'un nouveau coup de pied (7-9, 29e) puis Matanavu se rachète magnifiquement de sa bévue du début de match en inscrivant certainement l'un des essais de l'année. Récupérant un ballon haut dans sa moitié de terrain, l'ailier fidjien, de deux crochets somptueux, déchire complètement le premier rideau écossais avant de faire parler sa pointe de vitesse pour aller aplatir en bout de ligne (7-14, 31e). La classe à l'état pur.

Mais le talent individuel ne peut pas toujours masquer les défaillances collectives. De nouveau, les Haut-Garonnais retombent dans leurs approximations et laissent échapper de nombreux ballons. Opportunistes, les Ecossais grignotent peu à peu leur retard et l'ouvreur Laidlaw fait la loi : un drop avant la pause, puis deux pénalités en début de seconde période propulsent Edimbourg en tête à la 50e minute (16-14). Il reste une demi-heure aux Toulousains pour refaire leur retard mais un manque de fraîcheur criant ne leur offrira pas cette chance. Une dernière pénalité dans les ultimes secondes clôt les débats (19-14). Toulouse quitte la scène tête basse. Il n'y aura pas de rappel.

Le Leinster impressionne

Les tenants du titre du Leinster n'ont, eux, pas raté le rendez-vous. Ils se sont offerts leur quatrième demi-finale de suite en ne faisant qu'une bouchée des Cardiff Blues.
Les Dublinois ont pris rapidement de l'avance avec trois essais en première période de Isa Nacewa (11), Rob Kearney (29) et Brian O'Driscoll (33), qui disputait son troisième match après une opération d'une épaule en novembre dernier. Un quatrième essai de Kearney au retour des vestiaires a mis fin au suspense (46). Les Irlandais affronteront dans le dernier carré le vainqueur du match Saracens-Clermont.

Déclarations :

Yannick Jauzion, arrière de Toulouse: "On n'a pas joué à notre niveau. Quand on a réussi à être devant au score en première mi-temps, inconsciemment on a peut-être pas voulu impulser alors qu'il aurait fallu parce qu'ils ont su conserver la balle. On a essayé de revenir mais on manquait, je pense, de repères, on a été empruntés en attaque, on a voulu finir les actions trop tôt et on n'a pas su garder les ballons. Ils (les Ecossais) étaient plus ensemble et du coup, on a couru après eux. Leur défense nous a gênés, on n'a pas su s'adapter."

Thierry Dusautoir, capitaine de Toulouse: "C'est une déception de perdre notre quart de finale comme ça. On n'a pas joué suffisamment bien pour passer. Il faut en tirer les leçons. C'est décevant vu les espoirs qu'on portait sur ce quart de finale. En première mi-temps, on n'a peut-être pas profité comme on aurait dû de nos supériorités numériques. Ils sont revenus dans la partie avec nos fautes. Sur un match où il n'y a pas eu tant de rythme que ça, on n'a pas su récupérer le bon bout. On est tombé contre meilleur que nous sur l'instant. Ils ont su ne pas paniquer quand ils ont été en infériorité numérique. Ils ont été plus lucides. On est déçu parce qu'il y avait la place pour une belle équipe du Stade Toulousain. Pour ce qu'on a montré, on mérite de sortir. C'est comme ça. On va regarder vers l'avenir."

Voir la video

Voir la video

Julien Lamotte