Toulon Ospreys Olivier Missoup Dan Biggar 10 2010
Le Toulonnais Olivier Missoup | AFP - Gérard Julien

Toulon renversant, le Munster reste en rade

Publié le , modifié le

Toulon a obtenu son billet pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe, en sortant un gros match (32-16) devant le Munster, double champion d'Europe, qui pour la première fois ne sera pas qualifié. Porté par la botte de Jonny Wilkinson (22 pts), le RCT a su faire preuve de maturité et d'engagement dans une rencontre très tendue et très accrochée face à des Irlandais qui faisait figure d'épouvantail européen.

Les Varois savaient très bien avant cette rencontre qu'ils étaient tout à fait maîtres de leur destin, même si à distance, ils ont aussi été servis par la défaite des Ospreys face aux London Irish, qui leur permet de se qualifier directement. Les hommes de Philippe Saint-André avaient aussi besoin d'un sursaut d'orgueil pour effacer le cuisant souvenir du match aller (45-18). Et dès le coup d'envoi, les Toulonnais ont voulu montrer qu'il faudrait compter avec eux. Ils savait que tactiquement il leur faudrait tout de suite prendre le match à leur compte et prendre le score, sans les laisser être gagnés par la confiance, faute de quoi il serait difficile d'aller les chercher. Le RCT a donc immédiatement mis la pression, avec un pack structuré qui mettait au supplice des Irlandais qui ne parvenaient pas à bonifier leur ballon. Au contraire des Toulonnais, capables de mettre du jeu dans leurs mouvements, en enchaînant les séquences, tout en prenant soir d'abord d'assurer les fondamentaux.. En touche, le point fort des Irlandais avec leur attelage O'Connell - O'Callaghan, il a fallu quelques réglages. Mais après une première touche manquée qui permettait à Ronan O'Gara d'ouvrir le score (4), les joueurs de Philippe Saint-André se sont rassurés, tout comme en mêlée. Sur les trois disputées en première période, les Rouge et Noir en ont volé une à leur adversaire puis fait sanctionner les Munstermen sur les deux suivantes. Leur conquête assise, les Varois pouvaient alors imposer leur jeu. Deux essais de Loamanu, qui sautait plus haut que tout le monde pour aller aplatir après  une merveille de coup de pied de Mignoni dans les 22 m adverses, puis par Sackey tout en détermination à la suite d'une percée de Mignoni bien relayée par Bruno puis Van Niekerk, leur permettaient d'atteindre la pause avec un confortable matelas (26-9) puisque Wilkinson dans le même temps alignaient les poteaux dans toutes les positions. O'Gara ne pouvait répondre que sur trois pénalités laissées en route par les Varois.

Le sursaut irlandais de la deuxième mi-temps, encore plus âpre, plus virulent, où l'on s'est souvent chauffer les oreilles, n'était pas de nature à endiguer l'impact des avants du RCT. Le Munster, assommé, ne parvenait pas à sortir la tête de l'eau. Et le cauchemar irlandais se poursuivait avec l'exclusion de O'Gara à la suite d'une bagarre avec Mignoni L'Ulster tentait de pousser les joueurs français dans leurs retranchements, pour les faire dégoupiller et profiter d'une certaine déstabilisation dans essayer de revenir. Mais les coéquipiers de Van Niekerk, admirable en meneur d'hommes, ne se laissaient pas prendre au piège. Les Toulonnais corsait un peu l'addition, et l'essai inscrit par l'Ulster par Wallace en toute fin de partie ne devait rien changer.  Et le stade Mayol chaud comme la braise,  pouvait exulter lors du tour d'honneur de ses joueurs...

Avec cttee victoire, les Rouge et Noir ont écrit une nouvelle page dans l'histoire déjà très riche d'un club légendaire en obtenant sa première participation à une phase finale de Coupe d'Europe. Elle est également synonyme d'un autre tour de force: l'élimination avant le stade des quarts de finale de la province irlandaise qui a participé à toutes les éditions depuis 1995 et qui, sur les onze dernières, a atteint neuf fois les demi-finales,  et quatre fois la finale pour deux titres (2006, 2008). C'est dire la grosse performance des Toulonnais qui peuvent considérer qu'avec ce match là, ils ont pris une dimension supplémentaire.  

CG