Dimitri Yachvili en pleine forme
Dimitri Yachvili en pleine forme | PIERRE ANDRIEU / AFP

Yachvili, hernie discale, absent 2 à 3 mois

Publié le , modifié le

Le demi de mêlée international de Biarritz Dimitri Yachvili, qui doit être opéré d'une hernie discale, sera indisponible entre deux et trois mois, a-t-on appris mardi auprès du staff médical du club basque, leader du Top 14 après la première journée. Sans son capitaine et meneur de jeu, le BO risque de connaitre un début de saison délicat comme l'an dernier.

Après une saison cauchemardesque à cause de l'absence de ses leaders, le Biarritz Olympique voulait partir sur des bases plus sereines. La victoire bonifiée face à Mont-de-Marsan (30-10) allait dans ce sens. Et puis, patatra! Si le troisième ligne Imanol Harinordoquy en phase de réathlétisation suite à une opération du genou devrait vite revenir, le BO vient de perdre Dimitri Yachili pour une longue durée.  "Je ressentais des douleurs depuis quelques semaines. J'avais reçu des  infiltrations il y a un mois, mais la douleur persistait malgré les anti-inflammatoires. J'ai consulté un spécialiste, qui m'a dit que l'intervention devenait nécessaire", a reconnu le joueur sur le site du BO.

Pourtant, samedi, en ouverture du Top 14, Yachvili, remplaçant, avait disputé les vingt dernières minutes du match contre Mont-de-Marsan et même offert une passe décisive sur le troisième essai (35-10). Le demi de mêlée des Bleus, âgé de 31 ans, avait déjà subi une arthroscopie du genou début juin. Là, il devrait manquer les huit prochaines journées de championnat. En son absence, la mêlée  biarrote sera commandée par Yann Lesgourgues, titulaire samedi, avec Luix Roussarie  et Julien Peyrelongue comme  doublures. Un joker médical sera peut-être à l'étude.  

La Yachvili dépendance

L'absence du vice-champion du monde est très préjudiciable car il est le baromètre de Biarritz. Quand il ne joue pas, le club basque perd : 11 défaites en 15 rencontres de Top 14 la saison passée. Avec lui, il gagne : 8 victoires en 11 matches plus un succès dans le Challenge européen où il inscrit la totalité des points de son équipe en finale face à Toulon (21-18). Buteur, capitaine, leader, cornac, Yachivili cumule les rôles dans son équipe et sa présence à elle-seule rassure ses partenaires. Il est d'ailleurs rare de voir un joueur avoir une telle influence sur le jeu et l'efficacité d'une équipe. Beaucoup vont jusqu'à parler d'une "Yachvili-dépendance". Pour les prochaines semaines, Biarritz doit vite apprendre à gagner sans son joueur-talisman. Au risque de connaitre une nouvelle saison de galères.

Mathieu Baratas