XV de France : Morgan "Paria"

XV de France : Morgan "Paria"

Publié le , modifié le

En grande forme avec Clermont, Morgan Parra n’était pourtant pas du groupe du XV de France lors des trois premiers –et très laborieux- matches de la tournée d’automne. Alors que les lacunes des Tricolores ont été encore criantes face à l’Afrique du Sud (17-18), samedi au Stade de France, l’expérience du demi de mêlée (et d’ouverture) de l’ASM a sans doute manqué aux hommes de Guy Novès. Mais Parra n'a plus joué en Bleu depuis plus de deux ans maintenant…

Seules des blessures...

A 29 ans, Morgan Parra se trouve actuellement au meilleur de sa forme. Depuis le début de la saison, il affiche des statistiques qui font de lui l’un des meilleurs demis de mêlées du Top 14. Avec un taux de réussite de près de 92 % sur les transformations, pénalités et drops, le Messin reste incontestablement l’un des hommes clés de Clermont. Pourtant, il n’a plus été appelé en Bleu depuis le 17 octobre 2015. Un vrai paradoxe. En juin dernier, Guy Novès s’était même montré plutôt froid quant à un retour de Parra en sélection. Expliquant d’abord qu’il ne voulait pas sans cesse changer de joueur au poste de N.9, le patron des Bleus avait fait comprendre que Parra ne reviendrait que « par le biais de blessures »… 

Parra, également buteur
Parra, également buteur

Le « projet de jeu » en souffrance

Avec l’optique de la Coupe du monde 2019, et a fortiori de celle de 2023 qui sera organisée par la France, on pourrait comprendre que le staff tricolore construise un groupe avec des jeunes talents. Mais force est de constater que cette équipe de France inexpérimentée déçoit. Plus encore, elle inquiète. Incapable de dominer à domicile une équipe des Springboks elle-même mal en point, le XV tricolore vient d’essuyer un sixième revers d’affilée. Avec 13 défaites pour 7 succès, lors des 20 derniers matches, le « projet de jeu » vendu par le staff français a du plomb dans l’aile.

Parra n’est pas si vieux !

Mais pourquoi donc se priver d’un joueur qui pourrait apporter non seulement son expérience, son sens du jeu, un très solide jeu au pied, mais aussi un état d’esprit de meneur d’hommes ? Sans remettre pour autant en cause la volonté légitime de rajeunir le groupe, la présence d’un Parra ferait beaucoup de bien à cette équipe de France. Vainqueur du Tournoi des 6 Nations en 2010, finaliste du Mondial 2011, et plus récemment finaliste de la Coupe d'Europe et champion en titre avec Clermont, Morgan Parra a évidemment sa place. Il pourrait même la défendre pour le Mondial 2019 au Japon, car il n’aura que 31 ans.

Champion en titre avec Clermont
Champion en titre avec Clermont

L’inexpérience coûte cher aux Bleus

Si l’on ne doit pas remettre en question le talent d’un Baptiste Serin, il est fort à parier que Parra n’aurait probablement pas écopé d’un stupide et coûteux carton jaune à la 58e minute face aux Boks. Il est également fort probable que Parra n’aurait pas tapé en touche à trois minutes de la fin, alors que les Bleus devaient garder la possession. « Il a encore besoin d'apprendre », a convenu Guy Novès. « Sur le dernier ballon, quand il choisit de taper en touche, on sait qu'on a perdu le match ». Evoquant également l’exclusion temporaire du joueur de 23 ans, Novès était embarrassé. « Ces deux décisions sont embêtantes à ce niveau », a-t-il lâché.

Lorsque le staff botte en touche…

Pourtant, le staff reste droit dans ses bottes lorsque l’on évoque l’absence de Parra et de ses 66 sélections. « On a fait une sélection, il n’en faisait pas partie donc je ne vois pas comment il pourrait nous aider », a ainsi pesté Jeff Dubois. Et l’entraîneur des arrières s’est même agacé d’une telle question. « Vous pensez vraiment qu’un seul joueur peut changer la donne ? (…) Je ne vois pas pourquoi on parle du cas Morgan Parra. »

Une solution « à court terme »

Plus modéré, Yannick Bru a joué la carte du pragmatisme. « Il a été impressionnant de maturité » a en effet reconnu l’entraîneur des avants. « Evidemment que ce constat, on l’a fait entre nous, mais il faut reconnaître qu’à ce poste-là, en ce moment, on a beaucoup de très bons joueurs. La question est de savoir si l’on fait confiance à ces très bons jeunes joueurs pour les aguerrir, ou est-ce qu’on les prive de ces moments là ? », s’est-il interrogé, parlant de « solution à court terme » au sujet de Parra. Mais d’ici là, l’échéance du prochain Tournoi des Six Nations fait déjà trembler…

Romain Bonte