Adrien Planté et Lionel Mazars
Le Perpignanais Planté face au Bayonnais Mazars dans une lutte pour le maintien | AFP - GAIZKA IROZ

Week-end vital à tous les étages

Publié le , modifié le

Pour éviter la descente comme pour accéder aux barrages, la 22e journée de championnat représente un carrefour crucial. En bas de classement, Perpignan-Bayonne sentira le souffre à Aimé-Giral, alors que Biarritz, comme Brive, ont des défis de taille en recevant respectivement Clermont et Toulon. Le Stade Français passera un test majeur au Stade de France contre Toulouse dans une affiche traditionnelle qui retrouve de son lustre passé.

"C'est un match à cinq points." Bernard Goutta, l'entraîneur de Perpignan, connaît l'importance du match qui attend ses troupes à domicile contre Bayonne. Déjà explosif la saison dernière, l'affrontement entre l'USAP et l'Aviron promet d'offrir une bonne dose de dynamite et d'adrénaline sur le terrain. Car les deux clubs, qui visaient au moins les places européennes, en sont réduits à lutter pour leur survie dans l'élite. "Si l'on s'impose, on relèguera Bayonne à 5 points derrière nous au classement", poursuit l'ancien emblématique capitaine catalan. "Tout dépend de nous, on a notre avenir entre nos mains. A nous d'aller chercher ce que l'on veut vraiment. L'état d'esprit est revenu, ce que l'on propose au niveau du jeu est intéressant. Maintenant, c'est celui qui sera le plus fort mentalement qui s'imposera." Et le retour de Nicolas Mas pourrait peser dans l'état d'esprit d'un groupe qui n'a plus gagné depuis le 17 février mais reste sur trois matches intéressants contre Agen, Toulon et Clermont.

Rien de définitif, mais...

Malgré l'importance de l'enjeu, le club a décidé de suspendre son 3e ligne aile Jean-Pierre Perez, cité à comparaitre devant la commission de discipline le 11 avril pour un geste sur le Clermontois King. Une absence, s'ajoutant à celle du N.8 Tuilagui blessé, qui peut avoir son importance, mais Goutta ne veut pas faire de ce match l'alpha et l'omega de la saison: "Rien ne sera fait après ce match. Il nous restera encore de gros défis comme les réceptions de Toulouse et Lyon, le déplacement au Stade Français et un dernier match à Bordeaux. Quoi qu'il se passe face à Bayonne, on ne sera ni maintenu, ni condamné."

Sans la moindre victoire en déplacement cette saison en Top 14, Bayonne devra pour sa part se passer de trois cadres: le 2e ligne Chisholm, le 3e ligne Haare et l'ailier Gerber. Treizième et premier relégable, l'Aviron ne veut pas calculer, comme l'explique son 3e ligne Julien Puricelli: "L'objectif de chaque match, d'autant plus dans ce genre de situation, c'est de gagner. On a vu ce que l'USAP a fait à Clermont (défaite 29-23). Ils prennent le point de bonus mais ils peuvent gagner. Nous, notre état d'esprit, c'est de jouer tous les matches à fond. Nous avons fait de bonnes prestations récemment, on doit le refaire, en s'adaptant au profil de Perpignan. Si on restreint le jeu, on n'y arrivera pas. On ne peut pas gagner petit contre cette équipe. Ils ont un rideau très dense, si on ne met pas de volume ni de vitesse, on ne passera pas".

Le 7e choc des Stades au Stade de France

La tension sera aussi très grande au stade Aguilera et au stade Amédée-Domenech. Biarritz, qui ne compte que quatre points d'avance sur son voisin bayonnais, accueille des Clermontois pratiquement assurés de disputer les demi-finales mais qui doivent préparer de la meilleur des manières le quart de finale de H Cup contre les Saracens. Les internationaux (Byrne, Rougerie, Fofana, Malzieu, Parra et Bonnaire) seront donc sur le pont pour poursuivre la série de 11 matches sans défaite. A Brive, les supporteurs corréziens retrouveront leur ancien enfant prodige, Alexis Palisson, lors de la venue de Toulonnais qui n'ont plus perdu depuis près de trois mois. Après avoir perdu contre les Bayonnais la semaine dernière face à un concurrent direct pour le maintien, les Brivistes seront encore sacrément handicapés par les suspensions de leur ouvreur Geraghty et du centre Caminati.

Tous ces matches à fort enjeu n'éclipseront sans doute pas le choc des Stades, opposant au Stade de France les Parisiens aux Toulousains. Pour son troisième match consécutif à domicile, le Stade Français veut conforter sa place de prétendant aux barrages et à l'Europe, redonnant du piment à cette affiche. Battus par Lyon à domicile, les Toulousains ne retrouveront pas leur ancien demi de mêlée Kelleher (blessé aux adducteurs), mais devront ne pas trop penser à leur quart de finale de Coupe d'Europe à Edimbourg la semaine suivante. Guy Novès a néanmoins décidé de se passer de Servat, Potrenaud, McAlister, Burgess, Steenkamp et Johnston, alors que Dusautoir, Poux et Maestri retrouvent le groupe.

Le week-end pourrait permettre à Bordeaux-Bègles et à Agen d'assurer leur maintien, à l'issue de leur déplacement respectif à Lyon et à Montpellier.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze