Aaron Cruden, lors du match Castres - Montpellier
Aaron Cruden, lors du match Castres - Montpellier | AFP

Un joueur du Top 14 gagne en moyenne 20 000 euros brut par mois

Publié le , modifié le

Un joueur du Top 14 gagnait en moyenne près de 20 000 euros brut par mois la saison passée, et un joueur de Pro D2 5000 euros, selon le rapport du gendarme financier du rugby rendu public vendredi.

"Sur la saison 2017/2018, le salaire annuel brut moyen s'est élevé à 235 137 euros (soit environ 19.500 euros mensuels) en Top 14, contre 227 677 euros (environ 19 000) en 2016/2017", détaille la Ligue nationale de rugby (LNR) en se basant sur le rapport annuel de la Direction nationale d'aide et de contrôle de gestion (DNACG). Par comparaison, selon une enquête de L'Equipe début février, les footballeurs de Ligue 1 gagnent environ 100 000 brut par mois, même si les stars du PSG font à elles seules sérieusement augmenter la moyenne.

"En Pro D2, le salaire annuel brut moyen s'est élevé à 64 991 euros (environ 5.400 euros mensuels), contre 60 989 euros (5000 euros mensuels) en 2016/2017", compare la LNR à partir du même rapport. Les clubs du Top 14 affichaient une masse salariale moyenne d'un montant de 9,5 millions d'euros, pour un écart de 1 à 3 (de 4,7 M EUR à 13,3) entre les clubs les plus modestes et les plus fortunés. "En Top 14 et Pro D2, la moitié des clubs ont présenté un résultat net positif ou proche de l'équilibre", se félicite la LNR qui souligne que les résultats négatifs de certains clubs résultent "d'une stratégie assumée" avec "des déficits annoncés dès le début de la saison et des financements d'équilibre anticipés".

Cette analyse vise particulièrement le Stade Français, racheté en juin 2017 par le milliardaire suisse d'origine allemande Hans-Peter Wild à Thomas Savare, et qui a présenté une perte de 18 millions d'euros. Cette somme représente les deux tiers de l'ensemble du déficit cumulé des clubs français (26,7 millions), un montant record selon la DNACG. Le club de la capitale "a assumé le changement de gouvernance et les décisions de structuration qui en ont découlé", estime le gendarme financier. A l'inverse, Lyon a dégagé un bénéfice net de 6,7 millions d'euros, "un niveau jamais atteint dans le rugby professionnel", grâce à ses opérations de valorisation immobilière.Le Lou a quitté début 2017 le Matmut Stadium de Vénissieux pour s'installer à Gerland, autrefois occupé par l'Olympique lyonnais, un stade qu'il a rénové et rebaptisé avec le même partenaire de naming.

AFP