Mermoz Stade Toulousain Stade Français
Les Toulousains ont remporté le choc des Stadistes. | PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Toulouse s'adjuge le choc des Stadistes

Publié le , modifié le

Seule équipe jusqu'ici à s'être imposée deux fois à l'extérieur, le Stade Français a concédé un revers logique samedi sur la pelouse du Stade Toulousain (28-10) lors du choc de la 9e journée de Top 14. Les Franciliens ont, qui plus est, lâché leur fauteuil de leader à Toulon, vainqueur de Clermont (25-19) plus tôt dans l'après-midi.

Le Stade toulousain a poursuivi sa série de victoires bonifiées à domicile en dominant (28-10), grâce à un triplé de Yoann Huget, le Stade Français, leader du Top 14 au coup d'envoi, en clôture de la 9e journée. Les Parisiens, qui avaient déjà été étrillés (43-16) la saison dernière par les Toulousains, glissent hors du trio de tête du championnat (4es), où s'installe leur adversaire du soir, à égalité avec Toulon et Montpellier. Pour ce choc entre la meilleure équipe à domicile, le Stade toulousain, et la meilleure à l'extérieur, le Stade Français, les joueurs de Guy Novès, auteurs d'un sans-faute à domicile avec quatre victoires bonifiées, débutaient avec la plupart de leurs cadres, à l'exception du capitaine Thierry Dusautoir, que l'encadrement laisse se remettre définitivement d'une blessure au genou gauche, ou Louis Picamoles (hanche), sur le banc au coup d'envoi.

Les Toulousains ne comptaient pas moins de sept internationaux tricolores titulaires, dont leur capitaine du soir Florian Fritz sur la feuille de match. Seule équipe à avoir remporté deux succès à l'extérieur (sur les huit totalisés en Top 14 au coup d'envoi), le Stade Français se présentait avec une équipe sensiblement proche de celle victorieuse (18-11) de Montpellier, mais toutefois sans Sergio Parisse. Il affichait une volonté offensive évidente. Après avoir laissé passer la vague parisienne pendant un quart d'heure concrétisée par la pénalité de Fillol (2e), les Toulousains ont renversé la vapeur et pris le match en mains.

Le triplé d'Huget

Un essai de Huget à la conclusion d'un temps fort des avants toulousains (18e) et un essai en bout de ligne de Gear après un coup de pied rasant de déplacement de Médard (31e) donnaient aux hommes de Novès une avance de 11 points à la pause (14-3). Un avantage qui aurait pu être plus conséquent sans la maladresse de McAlister, auteur de trois ratés au pied pourtant dans des conditions faciles pour l'ouvreur All Black (6e, 27e, 34e). Dès la reprise, les Toulousains, réduits à quatorze après le plaquage dangereux de Fickou sur Bonneval, enfonçaient le clou pour le doublé de Huget, servi sur un plateau par Nyanga, auteur d'une échappée (21-3, 41e).

Les Parisiens, qui ne s'étaient plus imposés à Toulouse depuis sept ans (victoire 16-12 en septembre 2006), privaient momentanément les Toulousains du bonus offensif. Plisson, contrait un coup de pied de McAlister aux 35 mètres et poursuivait pour marquer entre les poteaux (21-10, 49e). Mais Huget, très en jambes à l'image de Nyanga ou Lamboley, exploitait une passe légèrement en-avant de Bézy et réussissait son troisième essai personnel (28-10, 65e), celui du bonus offensif pour le Stade toulousain. Le quadruple champion d'Europe, entrera vendredi dans sa compétition fétiche en recevant les Italiens de Zebre, le Stade Français se contentant du Challenge européen et des modestes Portugais de Lusitanos, jeudi.