Yacouba Camara Stade Toulousain
Camara (Stade Toulousain) met à mal la défense du B.O | RAYMOND ROIG / AFP

Toulouse enfonce Biarritz

Publié le , modifié le

Sévèrement défait à Toulouse (31-7), le Biarritz Olympique a enregistré une cinquième défaite en six journées. Les Basques sont plus que jamais derniers du championnat alors que les Stadistes remontent dans la première partie du classement. En attendant Bayonne-Racing plus tard dans la soirée, tous les clubs qui recevaient l'ont emporté ce samedi soir.

Le BO dans un trou béant. Tout va de mal en pis pour le club basque qui a sombré corps et bien à Toulouse. Certes, la plupart de ses joueurs cadres avaient été laissés au repos en prévision de la prochaine  venue de Grenoble - un match a priori plus abordable mais les hommes de Guy Noves n'ont eu besoin que d'une période pour plier des Biarrots courageux mais dominés dans tous les compartiments du jeu. Quatre essais signés Gear, Lamboley, Johnstone et Tolofua avaient placé les Rouge et Noir sur les rails de la victoire. Biarritz a bien tenté de réagir en seconde période, sauvant l'honneur par Brew (65e), mais les Toulousains en remettaient une dernière couche par l'explosif Fickou (72e). Après un début de saison à tâtons, les Toulousains apparaissent désormais beaucoup plus sûrs de leur fait.

Clermont fait le métier

La pluie battante ou la courage des Grenoblois n'ont pas suffi, Marcel Michelin demeure toujours cette citadelle imprenable. Sans être pour autant brillants, les Clermontois ont assuré l'essentiel dans des conditions difficiles en marquant d'abord un essai de pénalité (43e), accordé à Chouly, avant que le 3e ligne n'y aille de son doublé (58e). Les Grenoblois ont payé cher leur indiscipline, à l'image de Ben Hand, expulsé à la 63e minute de jeu. Comble de malheur, Mathieu Lorée, avant-bras brisé, devra même laisser ses partenaires terminer à 13 contre 15. Battue la semaine passée sur la pelouse du Stade Français (23-16), l'équipe de Vern Cotter a retrouvé la marche avant et prouve qu'elle sait aussi gagner sans briller. Au terme de cette 6e journée, les Clermontois se retrouvent donc  péniblement en tête du Top 14 avant de se déplacer vendredi à Montpellier. Sans  plus de certitudes, tout juste avec le sentiment du travail presque accompli.

Le Stade Français n'a pas brillé contre  Brive, loin de là, mais l'indiscipline adverse lui a permis d'engranger un  précieux succès à Jean-Bouin (25-18). Cette victoire et les quatre points afférents offrent aux Parisiens la  deuxième place du classement aux côtés de Toulon (18 pts chacun) avant un  voyage qui s'annonce délicat à Oyonnax, invaincu à Charles-Mathon. Les Brivistes, eux, stagnent à l'avant-dernière position et devront espérer que leurs efforts soient bien mieux récompensés à Grenoble samedi prochain. Oyonnax, la bonne surprise de ce début de saison, a payé pour apprendre. Le promu a éclaté face à Bègles-Bordeaux, impérial en mêlée. les Girondins ont marqué la bagatelle de cinq essais et empoché le bonus offensif qui leur offre une bonne bouffée d'air au classement (15 points).