Toulousains et Castrais
La lutte fait rage en mêlée entre Castrais et Toulousains | AFP - Rémy Gabalda

Toulouse en finale du Top 14

Publié le , modifié le

Toulouse a disposé de Castres 24-15 sur "sa" pelouse du Stadium lors de la première demi-finale du Top 14. Malgré deux cartons jaunes en première période, la défense de fer toulousaine et Luke McAlister exceptionnel (18 points, 6 sur 6) ont eu raison des velléités offensives tarnaises. Le leader de la saison régulière défendra son titre dans une semaine au Stade de France face à Clermont ou Toulon qui s'affronte dimanche, toujours au Stadium.

Comme quoi le stress a du bon. Annoncé archi-favori de sa demi-finale disputée dans son jardin acquis à sa cause, l'ogre toulousain s'était fait une montagne du petit poucet castrais jusqu'à inverser les rôles. Une nouvelle preuve du talent de Guy Novès, passé maître dans l'art de l'intox et d'instiller de la peur chez ses joueurs. Après trois semaines sans match, dans quel état physique allait-il être ? Allait-il rivaliser en conquête ?

Indiscipline toulousaine et ratés castrais

Dusautoir (capitaine du Stade  Toulousain): "Quand on réussit à passer ce tour-là, c'est vraiment agréable.  Il faut féliciter notamment Luke pour son grand match et son efficacité. Toute l'équipe a  répondu présente face à une équipe de Castres qui n'a rien lâché du début à la  fin."

Dès les premières minutes, les Toulousains donnaient une réponse claire. Ils rivalisaient dans la guerre des rucks et se rassuraient en conquête comme dans le jeu. Ils avaient bien les jambes pour défendre leur titre. Pas suffisant cependant pour distancer des Castrais tout aussi en jambe et diablement accrocheurs. Malgré quelques éclairs castrais de Masoe, Tekori ou Evans, la première mi-temps se résumait à un duel de buteur à l'avantage des Toulousains : 1 sur 2 pour Beauxis (plus un drop), 3 sur 3 pour McAlister contre 1 sur 2 pour Teulet et 2 sur 5 pour Bernard (plus un drop).

En, fait, Toulouse a toujours mené : 6-0 (12e), 9-3 (21e),12-9 (30e), 15-12 (40e). Castres ne se laissait pas distancer et égalisait un temps (12-12, 38e). L'indiscipline affolait le match. Fritz écopait d'un carton jaune en raison d'une manchette involontaire mais spectaculaire sur Andreu (34e) après avoir craint le rouge comme Tekori la semaine dernière. Quelques minutes après, Matanavou écopait aussi d'un jaune pour une faute d'anti-jeu après un déboulé du centre écossais Evans retourné sur la ligne d'essais par Clerc (36e). Enragés à 13 contre 15, les Rouge et Noir repassaient devant au gong. Un moindre mal pour les Toulousains qui n'ont jamais visité les 22 mètres castrais. 

Toulouse au métier

Teulet (arrière de Castres): "On a été moins efficaces qu'eux et c'est ce qui a fait la différence ce soir. Sans qu'ils fassent un grand match, quand ils ont eu des occasions, ils ont su les concrétiser. C'est frustrant car on se rend bien compte qu'il ne nous manque pas grand-chose, mais qu'il nous manque l'essentiel."

A 13 puis 14 contre 15, Toulouse faisait mieux que se défendre même si l'arbitre M. Garcès sifflait à nouveau des Toulousains agacés par les Castrais toujours à la limite et Bernard égalisait (46e). Six points concédés en infériorité numérique, pas si cher payé pour Toulouse. Par la suite, le banc toulousain commençait peu à peu à faire la différence. Les entrées successives du pilier Steenkamp, du centre David et du demi de mêlée Burgess redynamisait le collectif toulousain.

La mêlée toulousaine offrait une pénalité facile (52e) et une autre beaucoup moins (62e) à McAlister pour reprendre ses distances (21-15) alors que les Castrais manquaient de flair sur un nouveau surnombre (58e). En pleine confiance, le All Black ajoutait une pénalité de plus de 50 mètres, sa cinquième sur ses six réussis (sur six tentées!). A moins dix minutes de la fin, Toulouse avait le boulot (24-15) au métier plus qu'au génie. Castres continue de pas gagner en terre toulousaine depuis 1978. Toulouse sera bien là pour glaner une nouveau Bouclier de Brennus. Comme d'habitude en somme. 

Par Mathieu BARATAS