Le Toulousain Poitrenaud et le Castrais Teulet
Duel aérien entre les arrières de Castres (Romain Teulet) et de Toulouse (Clément Poitrenaud) | AFP - PASCAL PAVANI

Toulouse - Castres avec les internationaux

Publié le , modifié le

Le Stade Toulousain et le Castres Olympique ouvrent le bal des demi-finales du Top 14 samedi soir au Stadium de Toulouse. Durant la saison régulière leurs confrontations directes ont apporté leur lot d'enseignements, qu'il faut toutefois pondérer par l'absence de nombreux internationaux durant ces rencontres. Retour sur deux matches qui recèlent peut-être certaines clés de cette demi-finale.

Une défense royale

Honneur aux régionaux de l'étape. Lors de leurs deux affrontements (7e et 20e journée) les internationaux revenaient tout juste de la Coupe du Monde ou étaient concernés par le Tournoi des VI Nations. Une situation handicapante pour des Toulousains pourvoyeur majeur du XV de France lors de ces deux compétitions.

A l'aller, au cœur du mois d'octobre à Pierre Antoine, le CO s'était imposé (24-3), infligeant leur première défaite de la saison aux Rouge et Noir. Un quasi-parfait 8/9 aux tirs au but pour Rory Kockott ainsi qu'une défense royale avaient porté les Tarnais, quand leurs adversaires avaient eu toutes les peines du monde à développer leur jeu derrière une mêlée dominée et une conquête perturbée par les contestes locaux dans les rucks.

Imposer son rythme

Au math retour, début mars, les hommes de Guy Novès avaient pris leur revanche, s'imposant 34-27 après avoir été menés 3-14 puis 17-27. Même les deux essais encaissés lors du premier quart d'heure de jeu n'avaient pu ébranler les certitudes de Toulousains vainqueurs de leurs huit matches à domicile face aux Castrais depuis 1995. Une fois encore, la pression défensive du CO, incarnée par l'interception de l'ailier Romain Martial sur le deuxième essai leur avait fait mal, mais le talent primait sur la fin avec un Matanavou intenable épaulé par un Mc Allister en réussite.

L'une des clés du match sera la capacité des locaux à imposer leur rythme pour éviter la défense agressive des hommes de Laurent Travers. Qu'ils affronteront pour la première fois au complet derrière un William Servat qui devrait changer le visage de la mêlée des pensionnaires d'Ernest Wallon. Dans ce cas, les trois quarts castrais devront prendre plus d'initiatives que lors de ces deux affrontements où ils ont souffert la comparaison.

Jerome Carrere