Top 14 Toulouse Kelleher Byron tape au pied 04 2010
Byron Kelleher en action | AFP - Pascal Pavani

Toulouse brille, Montpellier sourit

Publié le , modifié le

Montpellier, vainqueur avec le point de bonus défensif de Bourgoin, a repris la tête du classement du Top 14 de rugby à égalité de points avec le Stade Toulousain, qui a battu Perpignan avec la manière. Biarritz s'impose de justesse face à Clermont. La Rochelle respire après son succès sur Brive. Castres aussi face à Agen, plus que jamais dernier. Dans le choc du jour au Stade de France, le Stade Français s'est relancé en dominant Toulon (22-15).

Le fait marquant : Montpellier prend les commandes

Le Racing-Métro n'est plus leader du Top 14. Vainqueurs "petit bras" de Bayonne vendredi (15-9), les Franciliens ont vu les Toulousains puis les Montpelliérains  les dépasser au goal-average. C'est un véritable embouteillage qui s'opère en tête du championnat puisque Montpellier s'est lui aussi rapproché des sommets en battant Bourgoin, plus que jamais engoncé à l'avant-dernière place du classement (28-3). Les Héraultais, qui décrochent eux aussi le point du bonus offensif, en profitent pour reprendre la tête du Top 14 qu'ils ont occupée au  terme de la 8e journée grâce à une différence particulière favorable sur  Toulouse et le Racing, tous deux battus dans l'Hérault cette saison.

Le match : Toulouse – Perpignan

Enorme match au Stadium, réquisitionné pour l'occasion. Pour cette revanche de la demi-finale de l'an passé, où les Catalans avaient éliminé les Toulousains 21-13, ces derniers ont su se faire justice au terme d'une rencontre d'une intensité jamais démentie. Surtout, les hommes de Novès ont bâti leur succès sur les ruines de ce qui avait causé leur perte face à l'USAP l'an passé : la mêlée. Cette fois, ce sont bien les avants haut-garonnais qui ont enfoncé leurs adversaires, créant des brèches dans lesquelles les arrières stadistes se sont engouffrés avec délice. Médard, Delasau, Clerc, Poitrenaud, Jauzion ont éclaboussé le match de leur talent. Et que dire de celui de Kelleher ? Le demi de mêlée néo-zélandais, en plus d'inscrire un essai magnifique, a guidé les siens avec maestria. Perpignan, de son côté, a fait mieux que résister car, pour un grand match, il faut être deux. Mais les partenaires de Porical, après une bonne entame (ils menaient 13-0), ont fini par céder sur les coups de boutoir des Rouge et Noir, auteurs au final de cinq essais. 

Le Stade Français rugit encore

Vaincre ou périr. Le Stade Français a choisi la première option. Devant un Stade de France plein malgré la pluie et le vent qui sévissait en Seine Saint-Denis, les Franciliens ont assuré. Max Guazzini aussi. Pour fêter les 200 ans de l'Argentine, le président innovant a encore vu les choses en grand lors de la présentation du match, avec un char kitschissime censé représenter l'Argentine (glacier de Patagonie et léopard pour la symbolique) et jeune femme plus que dénudée pour apporter le ballon du match... Qu'on le veuille ou non, assurément l'une des images fortes de cette 10e journée ! Le match en lui-même s'est comme prévu résumé à une grosse bataille au près et à un duel de buteur, Beauxis et Wilkinson se répondant du tac-au-tac. C'est finalement un essai de l'Anglais Phillips en fin de rencontre (72e) qui permettait au Stade Français de remporter la décision.

Le joueur: Damien Traille (Biarritz)

Pour sa première titularisation de l’année après une blessure au bras droit, Damien Traille a évolué à l’ouverture selon sa volonté, encouragée aussi par le staff du XV de France. C’était une première depuis 525 jours. Joueur polyvalent, capable d’évoluer à l’arrière et au centre, le Biarriot ne s’est illustré que par intermittence en club et en équipe de France, totalisant moins de 20 rencontres comme ouvreur. Son match ? Du classique. Traille a inscrit deux drops (17e et 39e) et délivré des coups de pied de mammouth et/ou millimétrés dont il a secret pour donner de l'air à son équipe. En revanche, il s’est montré moins à l’aise dans l’animation offensive. Dans un match fermé et physique, il s’est libéré à l’image de son équipe en seconde période. Il faut dire que les Clermontois les ont bien aidés avec deux cartons jaunes évoluant à 13 quelques minutes. Finalement, le BO s'impose face à l'ASM 16-13 et Traille a rassuré en offrant une précieuse victoire. A revoir donc!

La Rochelle respire, Agen s'asphyxie

Destins contraires pour les deux promus, tous les deux en grande difficulté au classement. La Rochelle a fini par se donner un peu d'air au terme d'une partie extrêmement serrée face à Brive (26-21). Les Rochelais, auteurs de trois essais contre deux côté corrézien, sont finalement récompensés de leur courage et peuvent continuer à espérer. En revanche, Agen a poursuivi sa plongée en profondeur après une huitième défaite en dix rencontres, cette fois sur la pelouse de Castres (38-11).

Le chiffre : 3

La dixième journée a été riche en essais puisque pas moins de trois équipes ont réussi à décrocher le point du bonus offensif. Dans l'ordre croissant, Montpellier (trois essais), Castres (quatre essais) et Toulouse (cinq essais) ont fait parler la poudre ! A part leurs adversaires, qui s'en plaindrait ?

La déclaration :

Alexis Palisson (arrière de Brive, entré en  jeu à la place de Scott Spedding à la mi-temps): "On n'a pas réussi à se défaire  des Rochelais. On n'a pas maîtrisé le vent, à l'image du coup de pied de 80 m  qui n'a pas abouti. Cette défaite fait ch... car on va, comme l'année dernière,  lutter en fin de classement."

Julien Lamotte