RCT, Wilkinson
L'ouvreur anglais du RCT Jonny Wilkinson | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Toulon: Wilkinson, he is a legend

Publié le , modifié le

Beau pied, belle gueule, Jonny Wilkinson a choisi de mettre un voile sur 17 ans de carrière à l'issue de la saison. International anglais à 91 reprises, l'ouvreur de Toulon a tout gagné en club comme en sélection, sauf le Bouclier de Brennus. Le 31 mai, il aura l'occasion de corriger cette anomalie pour refermer son livre d'or et renforcer son statut de légende du rugby.

Vendredi soir, stade Pierre-Mauroy à Lille. Toulon est encore sous la menace du Racing-Metro à dix minutes de la fin de sa demi-finale de Top 14. Derrière un regroupement, Claassens éjecte la balle. A 25 mètres des poteaux, Jonny Wilkinson la reçoit, fait mine de partir à gauche puis revient sur son pied droit pour claquer un drop imparable. Le RCT est libéré. A la fin du match, l'Anglais remercie le public rouge et noir de s'être déplacé si loin puis se retire sans faire de bruit tandis que le stade l'ovationne. De Newcastle à Toulon en passant par le XV de la Rose, Wilko n'a jamais perdu ni talent, ni humilité. "Il y a ceux qui auront joué avec Pelé et ceux qui auront joué avec Wilkinson", s'enflamme son coéquipier Jean-Charles Orioli, sous le charme.

Jonny Wilkinson à ses débuts sous le maillot du XV de la Rose
Jonny Wilkinson à ses débuts sous le maillot du XV de la Rose

Tout n'a pas toujours été aussi simple pour le légendaire demi d'ouverture. Appelé à 18 ans en équipe nationale, il connaît une véritable déroute en Australie (76-0) pour son premier match international en tant que N. 10. Wilkinson s'en relèvera, comme de ses deux années de quasi-inactivité à cause de blessures à répétition (2004-2006). "Il était entièrement tourné vers son sport: c'était comme un étudiant du rugby qui voulait sans cesse repousser les frontières pour aller jusqu'où il pensait pouvoir aller", explique Mike Tindall, son ancien coéquipier en sélection nationale.

Meilleur joueur du monde à 23 ans

Couvé par Rob Andrew, son prédécesseur en club et en équipe d'Angleterre, le natif de Frimley a vite tutoyé les cimes. En quatre ans, il remporte un championnat et deux coupes nationales ainsi que deux tournois des VI Nations. A 23 ans, il est au sommet de son art. Chef d'orchestre du XV de la Rose, il le mène au Grand Chelem sur le sol européen et sur le toit du monde six mois plus tard en 2003. Dans ces deux succès, "l'Ange blond" prend une part prépondérante en terminant meilleur réalisateur. Il est sacré meilleur joueur du monde. En finale du Mondial contre l'Australie, le gaucher passe même le drop de la victoire du pied... droit à deux minutes de la fin. "Je me souviens d'un match lors duquel il avait manqué deux pénalités et un drop avec son pied gauche favori et il a décidé de frapper du pied droit, raconte son ami Tindall. +Wilko+, c'était ce genre de gars. Il restera comme le professionnel ultime."

L'ouvreur anglais pose avec le trophée Webb Ellis de champion du monde (2003)
L'ouvreur anglais pose avec le trophée Webb Ellis de champion du monde (2003)

Une qualité que lui reconnaissent tous ceux qui l'ont côtoyé. "Jonny a tout le répertoire du demi-d'ouverture. C'est un incroyable joueur au pied face au but, sa défense est énorme, et des deux mains il peut distribuer le jeu, s'extasie l'actuel sélectionneur anglais Stuart Lancaster. Avoir fait ce qu'il a fait aussi longtemps le rend unique. Son influence sur d'autres joueurs à travers le monde a été  phénoménale." S'il s'est ouvert depuis son arrivée à Toulon en 2009, le joueur de 34 ans reste un travailleur obsessionnel. Dans le documentaire "Intérieur Sport" sur Canal +, on le voyait toucher à de multiples reprises un pylône électriques situé à plus de 25 mètres de lui. Avant la demi-finale de Top 14 vendredi, son président Mourad Boudjellal ironisait sur "l'état de traumatisme de Jonny" après qu'un mouvement social ait retardé Toulon et empêché les buteurs de s'entraîner la veille. "En arrivant, je ne m'attendais pas à découvrir un homme comme ça. C'est le joueur qui m'a le plus marqué dans ma carrière", témoigne le manager toulonnais Bernard Laporte. 

La position de buteur célèbre de Jonny Wilkinson
La position de buteur célèbre de Jonny Wilkinson

Abîmé par une cascade de blessures, mal à l'aise avec son statut d'icône de l'autre côté de la Manche - "J'ai une peur maladive d'être célébré. Ca n'est pas normal pour moi" -, Wilkinson est ressuscité dans le Var, qu'il a rallié en 2009. "Toulon m'a sauvé la vie", déclarait-il en 2012. Porté par son Anglais à tout bien faire, le RCT s'installe dans l'élite du rugby et retrouve vite le haut du panier. "Jonny guitare", surnom donné car il joue de cet instrument, devient meilleur réalisateur de l'Hexagone lors de la saison 2011/2012. Et se paye le luxe d'envoyer Toulon en finale aux dépens de Clermont, éliminé par une pénalité du métronome britannique à trois minutes de la fin.  

Wilko, toujours en première ligne

Cet exercice accompli lui permet d'oublier la Coupe du monde 2011, sa quatrième, durant laquelle le squad anglais explose, miné par des problèmes internes. Deux mois après la fin du Mondial, Wilko annonce sa retraite internationale. Deuxième meilleur marqueur de l'histoire du rugby mondial avec 1246 points inscrits, idem pour le tournoi des VI Nations avec 546 unités et meilleur scoreur en Coupe du monde (249 points), il entre au panthéon de la balle ovale. "Me dire que j'ai disputé quatre Coupes du monde, deux tournées des Lions britanniques et 91 matches internationaux, pour un nombre infime de blessures, me donne une sensation d'accomplissement, se félicite l'ouvreur toulonnais. Mais je me connais assez bien pour savoir que je ne serai jamais totalement satisfait." Au lieu de se diriger vers une fin de carrière paisible, Jonny Wilkinson hausse le ton en club.

Sir Jonny débarque au RCT en 2009
Sir Jonny débarque au RCT en 2009

En quart et demi-finale de H-Cup, il marque tous les points de sa formation qui ramène un trophée sur la rade 21 ans après le dernier titre de champion des Rouge et Noir. Le tueur aux yeux bleus est élu meilleur joueur européen. Pourtant, il demande à Michalak et Giteau, ses deux éventuels remplaçants à l'ouverture s'il doit continuer une année de plus. "Je voulais savoir où ils se voyaient dans le futur. Est-ce que je suis un obstacle ? Est-ce que je les aide ? Est-ce qu'ils se sentent à l'aise en jouant à mes côtés ? Je voulais vraiment savoir." Un sens du collectif et du sacrifice souligné par Sir Clive Woodward. "L'un de mes plus grands défi avec lui, était de l'empêcher de se jeter  dans les regroupements. Il aime tellement le combat, qu'il refuse de se  protéger ou un traitement à part. Il voulait toujours être en première ligne." 

Wilkinson, l'homme aux deux pieds d'or utilise une de ses armes favorites, le drop
Wilkinson, l'homme aux deux pieds d'or utilise une de ses armes favorites, le drop

En quittant la pelouse pour rejoindre le staff toulonnais, Wilko va quitter les feux de la rampe. Cette fois, il n'a demandé à personne pour prendre sa décision. Ses coéquipiers, dont Bryan Habana, ont déclaré vouloir offrir au "gentleman de Frimley" une sortie digne de son statut. Missions pour y parvenir: conserver le titre de champion d'Europe du RCT samedi prochain face aux Saracens puis décrocher le Bouclier de Brennus la semaine suivante contre Castres.

Vidéo: Wilkinson dans ses oeuvres

Quant à ceux qui s'inquiéterait pour son futur, Woodward se charge de les rassurer. "Beaucoup ont souligné ses interminables séances seul à botter. A certains  moments, je devais le faire sortir et l'envoyer se coucher. Mais pour moi le  plus incroyable, c'est le temps qu'il passait à développer son agilité, sa  vision et l'analyse du jeu. Si vous enlevez le rugby à Jonny, il continuera de briller en faisant autre chose." Comme en signe de deuil, son maillot floqué du 10 ne verra plus la lumière de Mayol pendant une saison. Sir Jonny n'éclairera plus l'enceinte provençale de ses fulgurances. Mais son ombre planera encore longtemps au-dessus de la Rade...

 Vidéo: Wilkinson parle de son avenir à Stade 2

Jerome Carrere