Racing Club de Toulon
Le RC Toulon devrait faire tourner son effectif lors du choc face à Toulouse prévu ce week-end. | FRANCK PENNANT / AFP

Toulon sur les traces de Toulouse

Publié le , modifié le

Le choix de Bernard Laporte de laisser quatorze joueurs au repos cette semaine malgré le choc prévu face à Toulouse samedi soir a fait s’élever beaucoup de voix. Celle de Guy Novès, l’entraîneur toulousain, ne s’y est pas jointe. Logique si l’on se réfère au passé de l’entraîneur le plus titré de France, coutumier du fait, qui ne peut pas être surpris par la décision de son homologue toulonnais.

« Clermont et le Stade Toulousain ont fait ça avant Toulon ». Cette phrase de Guy Novès illustre bien la situation du manager de Toulouse, alors que de nombreux observateurs déplorent une possible perte d’intérêt de la rencontre tant attendue entre Toulon et Toulouse. « Je n'ai pas de commentaires à faire là-dessus, poursuit-il. Chaque patron de club fait ce dont il a envie, j'ai toujours fait ce que je voulais, je ne vois pas pourquoi les autres n’en feraient pas autant ». 

Toulouse doit prendre des points

L’argument est limpide. Souvent critiqué par le passé pour s’être plié à ce genre de pratiques, privilège des riches, l’entraîneur toulousain se retrouve aujourd’hui dans la situation inverse. A deux semaines du coup d’envoi de la H Cup, Toulouse ne peut cette fois pas s’offrir le luxe de faire l’impasse sur un match de Top 14 à l’approche de son rendez-vous européen face à Leicester. Troisièmes à sept points du leader, les hommes de Guy Novès doivent prendre des points.

Quatre titres de champion d’Europe, dix titres de champion de France, 19 demi-finales de Top 14 d’affilée : à 58 ans, Novès est un vrai collectionneur. Ce palmarès, jamais égalé dans l’hexagone, a été forgé tout au long de ses 23 années à la tête du Stade Toulousain. Alors que l’hégémonie des Rouge et Noir n’a jamais été menacée, la dimension prise par Toulon semble ouvrir la voie à un passage de témoin au sommet du rugby français. « Admiratif » du chemin parcouru par les Toulonnais, qui restent sur six victoires en six matches, Guy Novès refuse d’accabler la décision de Bernard Laporte de laisser au repos plusieurs de ses joueurs cadres.

« Toulon doit réaliser le doublé »

« La différence entre Toulon et Toulouse, aujourd’hui, c’est que les Toulonnais ont six victoires et nous deux défaites, explique Novès. Nous devons donc nous adapter avec, en plus, de nombreux blessés. Nous n’avons pas tous les arguments et le même potentiel que Toulon. C’est un club qui travaille dur depuis cinq ans pour monter les échelons. On sent, petit à petit, que c’est inéluctable. C’est l’équipe qui doit prochainement réaliser le doublé Championnat Coupe d’Europe ». 

En grand amoureux de la H Cup, Novès ne peut que comprendre le choix de son homologue toulonnais. « Il y a une histoire d'amour entre cette compétition et le stade toulousain, reconnaît-il. On a remporté le titre dès la première année. On a pu se rendre compte qu’elle nous a permis de progresser. Pour nos joueurs, c’est une expérience extrêmement enrichissante. »

« Il n’y a pas d’impasse »

Une expérience dans laquelle les toulonnais ont eux aussi envie de croquer à pleine dent, quitte à laisser quelques plumes superficielles en championnat. « Je n’ai pas envie qu’on dise : ‘ils font l’impasse’, réagit Bernard Laporte. Il n’y a pas d’impasse, on gère un groupe, c’est différent. » Avant d’ajouter, honnête : « Si le premier de la phase régulière était sacré champion à la fin de la saison, on n’aurait pas fait ça parce que tous les points compteraient. Mais ce n’est pas le cas. » Tout est dit.

Victor Patenôtre