Mathew Giteau
Le Toulonnais Mathew Giteau perfore la défense bayonnaise | AFP - Gerard Julien

Toulon se place, sale temps pour les Basques

Publié le , modifié le

Derrière Toulouse, vainqueur au Racing (19-13), et Clermont, tombeur de Bordeaux-Bègles (17-10), Toulon a fait la bonne affaire de la 16e journée du Top 14 en s'imposant largement face à Bayonne (50-10) avec le point de bonus offensif. Les Varois occupent désormais seuls la 3e place devant Castres, qui l'a emporté devant Biarritz (29-23). Les deux équipes basques sont relégables puisque dans le même temps le LOU a battu Agen (19-11).

Pas de troisième défaite cette saison pour Toulouse

Pierre Berbizier (directeur sportif du Racing-Métro): "On voit la différence avec une équipe championne, qui sait faire basculer ce genre de matches. Il y a eu trop de détails qui nous ont pénalisés.

Le Stade Toulousain a rempli sa feuille de route en tête du Top 14 grâce à sa victoire au Stade de France face au Racing-Métro. Les Toulousains, vainqueurs (19-13) à Saint-Denis grâce à un essai du jeune 3e ligne Gilian Galan. Le tenant du titre, mené en début de seconde période par le Racing, a évité une troisième défaite cette saison malgré l'absence de nombreux internationaux, qui débutent le Tournoi des six nations contre l'Italie samedi prochain au Stade de France. Seul Lionel Beauxis était titulaire, avant de céder sa place, victime d'une probable fracture du nez.

Toulon sans pitié...

Jonny Wilkinson (demi d'ouverture de  Toulon): "Face à une équipe agressive, c'était difficile de trouver des espaces  en début de rencontre. Il est toutefois plus  facile d'apprendre dans la victoire".

Le RCT avait beaucoup à prouver après les soubresauts extra-sportifs qui ont agité la rade. Sur le terrain, les rouge et noir ne se sont pas privés de s'affirmer comme de sérieux prétendants. Après une première période très accrochée, marquée par un carton rouge pour Huget côté Bayonnais, les Toulonnais ont fait la différence en 2e période. Auparavant, ils s'en sont remis à la botte de Wilkinson qui permettait aux siens de mettre la main sur le score à la pause (15-3). l'Aviron s'est accroché jusqu'à l'heure de jeu, grâce à Boyet (auteur des 10 points de son équipe) avant de prendre l'eau. Mis au supplice en mêlée au fur et à mesure que le match avançait, les Bayonnais ont fini par céder, encaissant trois essais en dix minutes. Une vague dont ils ne se sont pas relevés. Les Varois sont seuls troisièmes alors que Bayonne porte maintenant la peu enviable lanterne rouge. 

et Boudjellal pas si loin que cela

De son côté, le président de Toulon, Mourad Boudjellal, privé de terrain et de vestiaire pendant 130 jours par la Commission de discipline de la Ligue nationale de rugby , a suivi le match entre son club et Bayonne assis sur le toit du tunnel des joueurs. Le président du RCT, sanctionné jeudi pour ses déclarations sur  l'arbitrage, a été acclamé avant la rencontre par les supporteurs toulonnais,  lors de la traditionnelle haie d'honneur aux joueurs et aux dirigeants à leur  arrivée au stade Mayol. Ce dernier a annoncé au passage qu'il ferait appel de sa sanction devant la commission fédérale.

Castres plus réaliste Biarritz

Décidément tout va mal pour le rugby basque. Après des débuts laborieux en championnat, les Biarrots avaient un peu relever la tête. Mais leur situation reste précaire puisqu'ils redeviennent relégables après une nouvelle défaite à Castres. Une défaite dont ils n'ont pourtant pas à rougir puisqu'ils ont fait jeu égal avec les Tarnais et ont même réussi à sauver un point de bonus défensif. Mais les joueurs du BO ont laissé filer trop de points en route, et ont surtout subi le jeu de Castrais plus réalistes. Castres qui a pu compter sur Martial, auteur de deux essais, et sur la botte de Romain Teulet (100% et 16 pts au compteur)

Brive met fin à 600 minutes de disette

Ugo Mola (entraîneur  Brive ): "Nous avons fait preuve d'un caractère assez évident après un début de  match plus que poussif, sous tension".

Dans le match de la peur, entre deux équipes qui sentaient se rapprocher les affres de la zone rouge, Brive a livré une partition sérieuse, sans excès, mais avec de l'application et sans plus d'envie que les Catalans. L'USAP n'est jamais paru pouvoir prendre l'ascendant, tant les Corréziens se sont appliqués à soigner leurs conquêtes et ont été intraitables en défense. Leur belle abnégation a été récompensée par deux essais qui leur ont permis de faire le break et de ne pas trembler dans les dernières d'une rencontre plutôt fermée. Cela faisait 600 minutes (ndlr: 7 matchs et demi) que les Brivistes n'avaient pas marqué d'essais en Top 14. Avec ce succès, ils reprennent un peu d'air au classement, et passent même devant Perpignan qui va devoir encore cravacher.

Le LOU avait les crocs 

Raphaël Saint-André (directeur technique de Lyon) : "J'espère que c'est la victoire de l'espoir et que c'est un tournant de la saison".

Depuis le temps qu'ils attendaient cela, c'est enfin arrivé. Certes, cela n'est pas définitif, mais le simple fait de quitter la dernière place a mis beaucoup de baume au coeur des joueurs de Lyon. Depuis le début du championnat, et malgré ses moyens, le LOU s'accroche à son espoir de maintien et a souvent perdu en fin de match, vaincu par le manque d'expérience et un rythme qu'ils ont mis du temps à acquérir. Face à Agen, les Lyonnais ont une nouvelle fois tout donné pour remplir leur contrat à savoir s'imposer quelle que soit la manière. La manière fut encore une fois approximative, dans une rencontre acharnée, mais avec un buteur de la trempe de Loursac, par ailleurs très bon gestionnaire du jeu au pied, et beaucoup d'engagement, les Lyonnais voit le bout du tunnel. Mais ils vont encore devoir batailler pour voir totalement la lumière.

Christian Grégoire