Toulon renverse le Racing

Toulon renverse le Racing

Publié le , modifié le

Chahuté et mené 13-0, Toulon a renversé la tendance en seconde période pour inscrire 17 points d'affilée et battre le Racing-Métro (17-13), samedi, dans un stade Mayol incandescent. Qualifié pour ses deuxièmes play-offs d'affilée depuis son retour dans l'élite en 2008, Toulon accède au dernier carré du championnat comme en 2010. Les hommes de Bernard Laporte se rendront au Stadium de Toulouse le 3 juin pour y affronter Clermont.

"Bravo au Racing qui a fait un très gros match. Cela a basculé pour nous. Cela aurait pu basculer pour eux sur une dernière pénalité. C'est la loi du sport ", a reconnu le manageur de Toulon Bernard Laporte au micro de Canal + après la rencontre à rebondissements. Après un début de rencontre équilibré, les Ciels et Blanc ont pris les devants grâce à une pénalité de François Steyn (16e minutes) tandis que le buteur toulonnais Jonny Wilkinson ratait deux tentatives coup sur coup (20e et 24e).

"Ils ont fait ce qu'il fallait pour nous embêter" a reconnu Bernard Laporte

Dynamiques et inspirés, les Racingmen marquaient un premier essai par l'ailier Benjamin Fall après une inspiration du demi de mêlée Sébastien Descons (27e), qui ajoutait une nouvelle pénalité peu après (32e) pour permettre au Racing de mener 13 -0 dans un stade Mayol stupéfait. Une percée de Matt Giteau offrait une opportunité à Wilkinson de réduire la marque, ce qu'il faisait (35e). "Ils ont fait ce qu'il fallait pour nous embêter. Malheureusement, on a été déficient dans l'efficacité en manquant trois pénalités et un drop", a analysé Bernard Laporte.

GITEAU PREND SES RESPONSABILITÉS

Après un nouveau raté de Wilkinson, cette fois-ci sur la barre transversale (50e), Giteau prenait le relais pour concrétiser le travail de sape de son équipe entrepris depuis le retour des vestiaires et réduire l'écart à quatre points (59e et 62e). "Il (Bernard Laporte) a dit ne pas s'affoler et de continuer à jouer et de mettre plus de rythme dans la partie. On a fait l'essentiel aujourd'hui. Le public est très important ici et cela nous a aidé. Nous n'avons jamais lâché. On a tous gagné aujourd'hui, les supporteurs et nous" a souligné le demi de mêlée de Toulon Sébastien Tillous-Bordes.

 "Il (Bernard Laporte) a dit ne pas s'affoler et de continuer à jouer et de mettre plus de rythme dans la partie" a dit Sébastien Tillous-Bordes

Euphorique, Toulon passait devant au score pour la première fois après une percée de cinquante mètres de l'ailier australien David Smith qui décalait Steffon Armitage pour un essai en coin (66e). "On est une équipe, on a une âme, on l'a prouvé. A chaque fois, ils nous ont renvoyés dans notre camp. On a été meilleurs sur les relances. Encore un exploit de David (Smith) qui a amené l'essai qui nous fait passer devant", a dit le centre varois Mathieu Bastareaud. Sans ballon, le Racing n'a plus joué, ce qu'a regretté son entraîneur Pierre Berbizier: "on a été acteurs sur cette première mi-temps, on est devenu spectateur sur la seconde".

Tour à tour, les buteurs du Racing Juan-Martin Hernandez (70e) sur le poteau et Jonathan Wisniewski (76e) rataient les pénalités de la gagne du même coin gauche. Sur la dernière mêlée de la rencontre pour le Racing, le pack toulonnais renversait son homologue et Giteau scellait la victoire de son équipe à la sirène (80e). "Bravo à mes joueurs. A la mi-temps, on s'est donné un challenge en disant que les grandes équipes se construisent dans la difficulté", a souri Bernard Laporte. Après un tel scénario, les Toulonnais ne veulent pas s'arrêter là. "Il faudra faire moins de fautes (contre Clermont, en demi-finale, ndlr)", a reconnu Bastareaud. "On y va en outsider mais on a notre carte à jouer."

Mathieu Baratas