juan imhoff racing
Juan Imhoff, l'ailier du Racing 92. | MIGUEL MEDINA / AFP

Toulon-Racing 92 : la bataille des ailes

Publié le , modifié le

Le RC Toulon et le Racing 92 s'affrontent vendredi soir à Barcelone en finale du Top 14 (21h00, sur F2, Francetvsport et ses applications). Les deux clubs pourront s'appuyer sur des ailiers parmis les meilleurs du Top 14 : Josua Tuisova et Juan Imhoff.

La tâche de l'ailier est parfois ingrate. Attendre, attendre, attendre les rares ballons exploitables au bout de la ligne d'attaque. La rugby moderne nécessite une efficacité maximum et tous les clubs sont à la recherche de la perle rare. Toulon et le Racing 92, qui s'affrontent en finale du Top 14 vendredi soir à Barcelone (20h45, diffusé sur France et francetvsports.fr), ont trouvé les leurs. L'Argentin Juan Imhoff pour les Parisiens et le Fidjien Josua Tuisova pour les Varois. A quelques heures du début du match, l'occasion d'un portrait croisé. 

Imhoff, l’assurance tout-risque du Racing

Juan Imhoff n’est pas arrivé au Racing 92 par la grande porte, contrairement à la ribambelle de stars (Sexton, Carter, Chabal, Hernandez, …) qui ont plus ou moins longtemps rejoint l’effectif du club francilien. Venu d’Argentine (Pampas) en octobre 2011 comme joker médical de Benjamin Fall et Mirco Bergamasco, l’ailier de Rosario a immédiatement fait son trou en inscrivant quatre essais sur ses huit premières rencontres. Cinq saisons plus tard, Imhoff, 28 ans, est toujours là. Il a même mis entre parenthèse sa carrière internationale pour prolonger au Racing (depuis cette année seuls les joueurs évoluant dans la franchise argentine de Super Rugby peuvent être sélectionnés avec le XV des Pumas). Bête de travail, sa régularité et ses éclairs de génie en ont fait un joueur indispensable au Racing, sortant plusieurs fois son club d’une mauvaise situation. Dernier exemple : la demi-finale contre Clermont. L’Argentin est passé tout proche de mettre fin aux espoirs des Ciel et Blanc, avec une touche rapide interceptée par Clermont. Mais quelques secondes après, Juandre Kruger a récupéré une mauvaise passe du demi de mêlée clermontois Ludovic Radosavljevic pour lancer Imhoff vers l’en-but. Une course d’une quarantaine de mètres, laissant les défenseurs montferrandais sur place, pour une victoire sur le fil (34-33). Demain soir, le Racing comptera une nouvelle fois sur lui face à l’armada toulonnaise.

Tuisova, la pépite de la rade

Débarqué sur la rade en provenance des Fidji en 2013, à seulement 19 ans, Josua Tuisova a pris son temps pour mûrir, s’acclimater à la France et au rugby français. Pas une chose aisée, comme souvent pour les natifs du Pacifique : "Ma première saison a été très difficile", a expliqué Tuisova. "Je voulais rester avec ma famille, être auprès de mon père et ma mère." Après l’adaptation, l’explosion. A 22 ans, il a inscrit 12 essais en Top 14 cette saison. Son physique (1m80 et 103 kilos) pourrait laisser penser qu’il n’est qu’un bulldozer à lancer contre les défenseurs. Mais si la puissance est une de ses forces, il possède une vitesse et une vivacité rare pour les joueurs de son gabarit. Un cocktail explosif qui fait le bonheur de Mourad Boudjellal. "Ce n’est pas un produit fini comme on dit. Il a encore une marge de progression impressionante" a estimé le président de Toulon. "Mais on a rarement vu ça dans le rugby, c’est peut-être le seul joueur depuis Jonah Lomu à pouvoir traverser le terrain comme ça." Un joueur "seulement à 70% de son potentiel" pour Steve Meehan, l’entraîneur des trois-quarts toulonnais. 70% qui pourraient suffire à martyriser le Racing demain soir.

Ce duel attendu en annonce peut-être un autre. Les deux joueurs pourraient se retrouver aux Jeux Olympiques cet été. Tuisova a illuminé l’étape parisienne des Sevens World Series avec les Fidji, Imhoff a rejoint l’Argentine à Londres. Mais avant de rêver de Rio, les deux hommes doivent garder la tête à Barcelone.