L'ailier de Toulon David Smith
L'ailier de Toulon David Smith | AFP - Gerard Julien

Toulon à l'usure

Publié le , modifié le

Toulon a conservé son invincibilité depuis le début du championnat en s'imposant (33-12) devant Castres samedi à Mayol, lors de la 6e journée. Mais plus que ne l'indique le score, les Varois ont été longtemps accrochés par un CO qui a couru après le score. Clermont n'a pas fait dans la demi-mesure face au promu grenoblois (44-20). Mont-de-Marsan est tombé à domicile face à Agen (16-28). Ce soir, le Racing-Métro a pris le dessus sur le BO 13-12.

Le RCT sur sa lancée

Certes, dans le chaudron de Mayol, le RCT a fait l'essentiel avec une victoire logique qui récompense un collectif beaucoup plus solide, face à un groupe castrais diminué. Mais sans doute, les hommes de Laporte avaient les moyens, avec un peu plus d'application dans leurs initiatives, d'asseoir beaucoup rapidement leur succès et surtout de se mettre à l'abri. Les Tarnais  ont été très malheureux en début de partie, cueillis par une interception de Matt Giteau, jaillissant entre deux Castrais pour aller refroidir leurs ardeurs. Cet essai allait plomber la rencontre. Car les Toulonnais mettaient la main sur le match, en dominant la mêlée et en comptant sur quelques coups d'éclat de ses pépites. Un une deux Wilkinson-Michalak envoyait le jeune Orioli à l'essai. Toulon virait en tête à la pause, mais les Castrais restaient au contact (17-12) notamment grâce à son buteur Kockott, profitant de l'indiscipline des Rouge et Noir.

Les Castrais s'accrochaient et tentaient même de dynamiser le jeu, mais au fil des minutes, ils perdaient de la lucidité, d'autant que la conquête varoise mettait énormément de pression. Toutes les erreurs castraises se payaient cah et Jonny Wilkinson, à 100% de réussite, donnait un peu plus de relief au score. Le coaching de Toulon portait ses fruits. Les hommes de Laporte se livraient consciencieusement à un travail de sape des avants adverses. Un travail qui allait enfin faire plier les Castrais. Sur un bon ballon gagné,  Durand s'appuyait sur Wilkinson qui trouvait Mermoz à hauteur, lequel donnait à l'intérieur à Smith qui déchirait le rideau défensif d'un CO débordé. Ce 3e essai synonyme de bonus offensif assurait le succès toulonnais.      

Le Stade Français retrouve des couleurs

A Clermont, une semaine après la difficile victoire à Mont-de-Marsan, c'est l'autre promu, Grenoble, qui s'avançait au stade Marcel-Michelin. Avec les retours de Kayser et Sivivatu, les Auvergnats n'ont pas connu de véritable difficulté face à une formation qui disputait un deuxième match consécutif à l'extérieur. L'ASM a toutefois connu toutes les peines du mondes à conserver leur point du bonus, et le mérite revient aux Grenoblois qui n'ont rient lâché jusqu'au bout. Les cinq essais contre deux auront fait la différence.

Après la défaite à Bordeaux-Bègles (la troisième de la saison), le Stade Français n'était pas au mieux pour recevoir Perpignan, vainqueur très probant de Toulouse la semaine dernière. Les Parisiens ont néanmoins enregistré une deuxième victoire cette saison face à des Perpignanais pourtant en pleine confiance. Malgré deux essais contre un, Perpignan s'est donc incliné face au Stade Français (34-24) au Stade Charléty, et l'USAP retourne à la maison sans bonus défensif. Auteur de 23 points, dont 8 sur 9 au pied, l'ancien joueur de Perpignan Jérôme Porical a été le principal artisan du succès parisien.

Le Racing s'en sort bien

Toujours sans victoire malgré de belles prestations, Mont-de-Marsan est dos au mur. Agen semblait à la portée des Landais, mais c'est une nouvelle défaite qu'ont dû accepté les Montois (16-28). Après seulement six journées, la suite de la saison s'annonce d'ores et déjà compliquée. A noter que Montpellier s'est relancé à la faveur d'une victoire bonifiée (23-15) à Bordeaux-Bègles.

Le Racing-Métro a signé une quatrième mais difficile victoire face au BO (13-12). Les nombreuses absences côté Racing (Wisniewski, Dambielle, Tuugahala,  Vulivuli, Dumoulin, Leo'o, Descons) n'ont finalement pas profité aux Biarrots. Ces derniers accusent une deuxième défaite d'affilée après celle subie à Castres, mais ont pu quitter le stade la tête haute et surtout avec le point de bonus défensif. Si le succès est au rendez-vous pour le Racing, une nouvelle blessure qui pourrait être sérieuse est à ajouter à toutes les autres, avec celle du pilier Julien Brugnaut.

Christian Grégoire