Oyonnax-Toulon
. | AFP-Philippe Merle

Toulon fait craquer Oyonnax

Publié le , modifié le

Toulon est allé l'emporter difficilement (21-18) à Oyonnax vendredi en ouverture de la 8e journée de Top 14. Fidèle à son habitude, l'équipe d'Oyonnax a beaucoup donné, pour faire jeu égal dans le combat d'avants avec le RCT, mais elle a craqué dans le dernièr quart d'heure alors qu'elle était réduite à 14. Toulon reprend provisoirement la tête du championnat en attendant le déplacement samedi de Clermont à Bordeaux. Oyonnax prend un point de bonus défensif qui récompense ses efforts.

L'USO a bien cru pouvoir faire tomber l'ogre toulonnais. A la 65e minute, les joueurs d'Urios faisaient encore la course en tête, grâce (18-14) grâce à la botte d'Urdapilleta. Mais l'infériorité numérique dans laquelle les Oyonnaxiens se sont retrouvés après le carton jaune infligé à Faasavalu leur a été fatale. Propres en touche, solides en mêlée et dans l'engagement, ils ont dû cependant céder sous les coups de boutoir de Toulon.

Avec un banc beaucoup moins bien fourni, Oyonnax a tenu la dragée haute au RCT, avec ses moyens et sa stratégie. Mettant les Varois à la faute, ils ont engrangé les points et se sont montrés intraitables en défense. Malmené en conquête, Toulon, privé de ses internationaux français, devait  son salut au jeu au pied de Delon Armitage et à deux éclairs de Matt Giteau, qui, d'abord à la 36e, apercevait Juan Smith démarqué côté opposé. D'un coup de  pied tactique, l'ouvreur lobait la ligne oyonnaxienne et offrait un caviar à son troisième ligne, qui ne manquait pas d'aplatir. Puis à la 70e minute, sur une offensive qui envoyait Drew Mitchell derrière la ligne après une situation de surnombre. 

Toulon gardait ensuite la mainmise sur le score et s'imposait sans vraiment convaincre, mais avec ce qu'il fallait de métier et de maîtrise pour sa deuxième victoire consécutive hors de ses terres. 

Christian Grégoire