Quand le toulonnais Botha percute le racingmen Chavancy, il y a des dégâts.
Quand le Toulonnais Botha percute le Racingmen Chavancy, il y a des dégâts. | GERARD JULIEN / AFP

Toulon et Toulouse chez les "desesperados"

Publié le , modifié le

Dans la lutte à distance qu'ils se livrent en haut du classement de Top 14 (avec Clermont toujours fidèle à son étiquette de favori), le leader Toulon et le Stade Toulousain seront quasiment à chances égales samedi lors de la 17e journée, en se déplaçant respectivement à Bordeaux-Bègles et à Agen.

Des leaders  amoindris

Toutes deux privées de leurs internationaux, et ils sont nombreux tant du côté toulonnais que du côté toulousain, les deux grosses cylindrées devront pourant sans doute devoir batailler face à des mal classés qui bataillent pour éviter la 13e place synonyme de relégation. Les Agenais comme les Girondins ont le même nombre de points et doivent asbolument sortir une grosse performance car leur lutte à distance est terrible. Avec onze points de retard sur Bayonne (11e) il est presque acquis que l'un des deux clubs sera dans la charrette. D'où la pression des matches à venir dans le dernier le dernier tiers du championnat, et la nécessité pour eux de se transcender.

Aussi Toulon ne prendra pas son voyage à Bordeaux à la légère. Même s'ils devront se passer de Michalak, Bastareaud, Mermoz, Suta (retenus avec le XV de France)  et Jenkins (qui jouera avec le Pays de Galles) mais aussi de Chris Masoe, laissé au repos, de Davit Kurbaishvili (suspendu) et de Tilous-Bordes et Simon Shaw (blessés), le RCT pourra compter sur des valeurs sures comme Jonny Wilkinson, de retour après blessure tout comme Bakkies Botha, éloigné des terrains depuis deux mois, ou encore Geoffroy Messina. Autant dire que les Varois aligneront malgré tout un collectif solide eet que les Bordelo-Béglais, quasi au complet, devront s'appuyer sur leurs belles vertus de solidarité souvent vues à domicile pour créer un exploit qui n'est pas impossible. Toulon semble en effet actuellement fragile: renversé en Coupe d'Europe par Montpellier mi-janvier, il a été incapable de se rassurer face à la lanterne rouge Mont-de-Marsan lors de la dern journée de Championnat, ne décrochant à Mayol qu'une victoire étriquée (15-9).      

De son côté, Toulouse semble remonter la pente après une période délicate, marquée par une élimination avant les quarts en Coupe d'Europe. Face à Biarritz le 25 janvier, l'état d'esprit impeccable et un début de match parfait ont permis d'arracher la victoire (19-14). Sans ses internationaux (A et moins de 20 ans, ce qui fait du monde) et sans Vincent Clerc, insuffisamment remis d'une entorse, les toulousains qui enregistreront les retours de Bregvadze après dix mois d'absence en raison d'une opération aux cervicales, mais aussi de Census Johnston et de Luke McAlister, ont les moyens de poursuivre sur leur dynamique 
Agen, qui reste sur 9 défaites de suite en Top 14, se présente en victime parfaite pour redonner des couleurs à une animation offensive qui a manqué de liant ces dernières semaines et qui a besoin de retrouver des sensations.

Bataille pour les barrages

Derrière, la bataille continuera de faire rage pour les places de barragiste. Le Stade Français et Biarritz, respectivement 9e et 10e avec 37 points, joueront leur va-tout à Castres (5e, 44 pts) et Montpellier (4e, 45 pts), deux concurrents directs qu'il faut absolument battre pour y croire. Sèchement battu par les Parisiens (35-6) à Charléty lors de la dernière journée, Grenoble (6e, 42 pts) a l'opportunité de se relancer sur le terrain de Mont-de-Marsan, toujours bloqué à une seule victoire.
Enfin, Perpignan, en déplacement chez une équipe de Bayonne qui n'a plus grand-chose à espérer, va essayer de capitaliser sur sa belle victoire à Aimé-Giral contre Clermont le 25 janvier.. L'Usap (7e, 38 pts), sans son pilier Bleu Nicolas Mas et son ouvreur gallois James Hook qui s'affronteront dans le même temps au Stade de France pour le Tournoi, tentera de se rapprocher de la 6e place, qui n'est qu'à quatre longueurs.