Wilkinson, Mermoz, Drew-Mitchell, Toulon Oyonnax
Mermoz et Drew Mitchell félicitent Jonny Wilkinson | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Toulon et le Racing sont à la hauteur

Publié le , modifié le

Candidats au titre de champion de France mais repoussés des six places qualificatives au soir de la 17e journée, Toulon et le Racing-Metro sont enfin dans les clous grâce à leurs victoires lors de la 21e journée de Top 14. Le RCT a fait exploser Oyonnax (64-10) quand les Ciel et Blanc sont venus à bout de Castres (25-15). Vainqueur de Grenoble, Brive fait un grand pas vers le maintien (31-6).

Au soir de la 17e journée, Toulon n'en menait pas large. Battus pour la troisième fois consécutive en Top 14, les hommes de Bernard Laporte se voyaient éjectés des six places qualificatives pour les phases finales. Un mois de février invaincus et une déculottée infligée au promu Oyonnax à Mayol plus tard et les vice-champions de France en titre se reprennent à rêver au Bouclier de Brennus. Le bonus offensif décroché face aux Oyomen conjugué à la défaite de Clermont à Bordeaux dans l'après-midi les replacent à hauteur du leader jaunard. Profitant d'un calendrier favorable (réceptions de Biarritz, Castres et Oyonnax, déplacement à Bayonne), les Varois ont enchaîné un quatrième succès d'affilée en championnat. Et quel succès!

Clermont et Toulouse pour confirmer

Portés par une ligne de trois-quart très inspirée, les locaux ont fessé l'armada de Christophe Urios. Dès la 37e minute, Rudi Wulf offrait le point de bonus offensif aux siens (31-3). L'ailier néo-zélandais passait la ligne une troisième fois après Mermoz (9e) et Drew Mitchell (31e). Submergé, Oyo coulait à pic sur cette action puisque le talonneur Jenneker écopait d'un carton rouge pour un plaquage dangereux sur Bruni. Dès lors, les essais ont plu sur la tête des visiteurs. Giteau, Mitchell, Noirot, Bastareaud, Wilkinson et Smith flattaient leurs statistiques personnelles. Revenu au sommet, le RCT pourrait ne pas y rester longtemps. Les déplacements à Clermont et Bordeaux ainsi que la réception de Toulouse lors de ses trois prochaines sorties en diront plus sur le potentiel réel des champions d'Europe. 

Machenaud pousse le Racing vers le haut

Autre candidat au "bout de bois" en fin de saison, le Racing-Metro a été moins impressionnant que son rival sudiste. Mais à son instar, il revient dans des sphères plus conformes à son statut. Surtout, la victoire décrochée face au champion de France castrais prouve que les Ciel et Blanc ont les épaules pour voir le printemps. Emmenés par un Maxime Machenaud de gala, les hommes de Labit et Travers ont été mis sur orbite par un essai précoce de l'Argentin Imhoff (7-0, 2e). Servi par Machenaud petit côté, l'ailier n'avait plus qu'à lâcher les chevaux (5-0). Sexton au repos et remplacé par... Fabrice Estebanez, l'habituel centre international tricolore, le demi de mêlée du XV de France a également pris la responsabilité du but. Avec une seule tentative manquée, l'ancien Bordelo-Béglais n'a pas tremblé, comme lorsqu'il a passé les bras pour Imhoff en fin de match alors que le CO se rapprochait grâce à la botte de Kockott (25-15, 70e).

Sixièmes, les Franciliens sont dans la course aux phases finales même s'ils seront pénalisés par la blessure de Dimitri Szarzewski, touché à la cheville. "C'est sûrement le match le  plus abouti. On a réalisé 25 premières grosses minutes comme contre Bayonne  mais de par notre faute, on aurait pu être plus à l'abri à la mi-temps. On n'a  pas assez scoré en première mi-temps vu notre domination. Le scénario d'aller  chercher une victoire bonifiée s'est présenté et le regret est là, de ne pas  avoir su le faire", tempérait Laurent Labit. La réception de Clermont puis le déplacement à Montpellier lors des deux dernières journées devraient coûter cher... 

Brive est aussi candidat

D'autant plus qu'un nouveau candidat potentiel aux phases finales s'est manifesté. En étrillant Grenoble, grâce à une seconde période de toute beauté, Brive revient à un point des Racingmen. Réveillé par un essai de Swanepoel au retour des vestiaires (11-6, 42e), les promus ont déroulé et franchi la ligne à deux autres reprises par Mela (21-6, 59e) et Da Ros (76e). A la peine depuis leur victoire face à Clermont, les Grenoblois restent également en course pour le Top 6 avec 50 unités... Le Top 14 n'a jamais été aussi indécis. 

Jerome Carrere