L'ailier toulonnais, Josua Tuisova inscrit l'essai malgré le retour de Sekou Macalou (Stade Français)
L'ailier toulonnais, Josua Tuisova inscrit l'essai malgré le retour de Sekou Macalou (Stade Français) | STEPHANE ALLAMAN / DPPI

Toulon enfonce un peu plus le Stade Français dans la crise

Publié le , modifié le

Vainqueur 19-15 sur la pelouse de Jean Bouin, le RC Toulon a enregistré sa troisième victoire de la saison et réagit après sa lourde défaite à Montpellier lors de la dernière journée. Malgré un faible écart au final et donc un point de bonus défensif empoché, le Stade Français reste 13e du Top 14 avec cinq points seulement. Les Franciliens n'ont remporté qu'un seul match cette saison. La crise enfle.

C'était un match à "huit points". En cas de succès, le Stade Français pouvait quasiment revenir à hauteur de Toulon au classement, malheureusement pour les Stadistes, les joueurs de la Rade l'ont emporté et ce sont eux qui font la bonne opération en passant devant Pau, Bordeaux-Bègles, Clermont avec 14 points désormais. Les joueurs de Fabien Galthié sont cinquièmes.

Isa le détonateur

Une charge de mammouth pour l'essai de la gagne: Facundo Isa a permis en fin de match à Toulon de l'emporter (19-15) sur le terrain du Stade Français, plongé en plein doute dimanche à l'issue de la 5e journée de Top 14.me à cinq points du leader Montpellier. Le troisième ligne argentin, revenu au RCT cet été et grosse satisfaction du début de saison toulonnais, a enfoncé plusieurs défenseurs parisiens pour aplatir avec rage dans l'en-but à deux minutes de la fin. Cet essai est synonyme de point de bonus offensif, d'une place dans le Top 6 et de première victoire à l'extérieur sous la houlette de Fabien Galthié, après deux revers, dont le dernier lourd, à Montpellier (20-43). Un succès que devrait savourer le manager varois, du moins sur la forme, car sur le fond cette rencontre a été d'un niveau très médiocre, marquée par une ribambelle d'en-avants. Le Stade Français croyait pourtant tenir son deuxième succès de la saison, lorsque Morné Steyn lui a permis, d'un drop d'une quarantaine de mètres, excentré sur la gauche, de prendre trois points d'avance (69, 15-12).

Mais il a manqué de maîtrise en fin de match: le club parisien avait déjà laissé le RCT égaliser par le deuxième essai de Josua Tuisova (60, 12-12) quelques minutes après que Steyn lui eut permis de compter cinq points d'avance (56, 12-7). Paris occupe l'avant-dernière place du classement après cette deuxième défaite à la maison de la saison, synonyme de barrage en fin de saison, et joue clairement le maintien en cette saison annoncée de transition. Presque logique, avec un effectif amoindri à l'intersaison (départs de Lakafia, Slimani, Ross, Sinzelle, Bonneval), et vu la faiblesse affichée depuis le début de saison: lancements approximatifs, conquête hésitante et manque criant d'impact physique. Paris espérait conclure sur une bonne note une semaine lors de laquelle trois de ses cadres ont prolongé (Jonathan Danty, Paul Gabrillagues et Jules Plisson)? Raté, et le menu au programme ces prochaines semaines, avec des déplacements à Pau et Clermont entrecoupés de la réception de Montpellier, a de quoi effrayer.

Déclarations : 

Fabien Galthié (manager de Toulon) : "Ce n'est pas facile de gagner ici. Cela a été compliqué, il y a eu de très bonnes choses, du déchet aussi, mais on s'est accroché. On s'était déjà accroché à Clermont
(16-21) et à Montpellier (20-43), où on avait craqué dans les quinze dernières minutes. On n'a pas fait d'impasses, ça paie. C'est un bon moment, un grand moment. Je savoure, je profite. Le Stade Français? Je ne m'inquiète pas pour eux."

Rémy Bonfils (talonneur du Stade Français): "On accuse le coup. L'équipe a donné beaucoup, le résultat n'est pas là. Le positif, c'est l'implication, il faudra être capable de mettre la même intensité les prochaines semaines. Il faut faire le dos rond, bosser. C'est compliqué (de gagner) quand les conditions extérieures ne sont pas là."

AFP