Toulon confirme son redressement aux dépens de Montpellier

Toulon confirme son redressement aux dépens de Montpellier

Publié le , modifié le

Toulon a retrouvé de l'allant pour s'imposer aisément devant Montpellier (28-6) en match de clôture de la 7e journée dimanche sur la pelouse du stade Vélodrome de Marseille. Après avoir tenu tête dans le combat durant une demie-heure, les Montpelliérains, plutôt décevants, ont dû baisser pavillon face à l'engagement et la solidité défensive du RCT, qui a même obtenu le bonus offensif.

Les Toulonnais ont confirmé leur redressement en parvenant à enchaîner un deuxième succès après celui obtenu la semaine dernière face à Clermont, et ils remontent sur le podium du Top 14  Ils ont aussi mis fin à la belle série de Montpellier qui restait sur quatre victoires consécutives.

Les Varois ont d'abord mis leur jeu en place non sans quelques difficultés en raison de maladresses et d'une organisation pas toujours très propre dans le jeu au près. Ce qui a donné énormément de turn-over et de solides points de rencontre dans lesquelles les deux équipes se sont âprement mesurées. Après ses débuts balbutiant , les Varois ont installé leur jeu et pose physiquement leur empreinte  avec un essai de Gorgodze, à la conclusion d'un groupé pénétrant (33e).

Devancé à la pause (13-3), le MHR a de nouveau cédé au retour des vestiaires, réduit à quatorze: Tuisova s'est échappé pour conclure à droite un beau mouvement entamé à gauche par les avants rouges et noirs (45, 18-6). Un écart venu récompenser la défense de fer et le réalisme des Toulonnais. Car si, en seconde période, Montpellier s'est souvent approché de l'en-but adverse, il n'est pas parvenu à concrétiser, à l'image de l'ouvreur néo-zélandais Ben Botica, qui a manqué la pénalité (59) qui aurait pu rapprocher son équipe.Et c'est au contraire Toulon qui a mieux fini, arrachant donc un précieux point de bonus offensif par Gill (79), pour la première de Mike Ford, son nouvel entraîneur des arrières. Le RCT pouvait savourer ce succès qui lui a permis aussi de vaincre le signe indien des matches délocalisés, après trois défaites sur quatre à Nice et Marseille les saisons dernières. Et peut-être de ramener de la sérénité.  

Christian Grégoire