Toulon bat le Racing sur le fil

Toulon bat le Racing sur le fil

Publié le , modifié le

Le RC Toulon, avec un effectif largement remanié, s'est imposé sur le fil contre le Racing 92 (20-21). Dominés mais devant au score pendant une grande partie du match, les Toulonnais ont été sérieux défensivement pendant 70 minutes avant de craquer et d'encaisser deux essais dans les dix dernières. C'est finalement une pénalité de Frédéric Michalak qui a donné la victoire au RCT.

Toulon a remporté la première manche de son double duel face au Racing 92. Avant leur affrontement en quart de finale de Coupe d'Europe le 10 avril, les Toulonnais se sont imposés à la dernière minute grâce à une pénalité de Frédéric Michalak (21-20), titulaire pour la première fois de la saison. Grâce à ce succès, Toulon (2e, 61 points) passe devant le Racing (3e, 60 pts) au classement du Top 14 et revient à une longueur de Clermont. Les 40 000 spectateurs du Stade Pierre Mauroy de Lille, où la rencontre avait été délocalisée, ont assisté à un match étrange. Toulon, avec un XV de départ remanié et faisant la part belle à la jeunesse, a tenu en respect le Racing, pourtant dominateur dans le jeu. 

Un Racing trop brouillon 

Le meilleur résumé du match est sans aucun doute le premier essai toulonnais au terme du premier quart-d'heure. Alors que les Racingmen enchaînaient les temps de jeu dans le camp adverse, le talonneur toulonnais Jean-Charles Orioli a intercepté une passe après contact trop gourmande. Il a ensuite trouvé Delon Armitage, aligné à l'aile aujourd'hui, pour un raid de 60 mètres le long de la ligne de touche (3-8). Les Françiliens auront eu l'occasion de revenir dans la rencontre, emmenés par un Brice Dulin particulièrement remuant et repris deux fois à quelques mètres de l'en-but toulonnais. Mais face à une défense de Toulon irréprochable, ils n'ont semblé incapable de concrétiser leurs temps forts pendant une grand partie du match. Au Racing la possession, à Toulon les contres. Théo Belan a inscrit le second essai toulonnais dix minutes après le retour de vestiaires, profitant d'un très bon travail de Charles Ollivon. Le Racing est relégué à 15 points (3-18).

Dix dernières minutes de folie

Butant toujours sur la défense de Toulon, on a cru les joueurs du Racing déjà perdants. Mais la muraille toulonnaise s'est fissurée à moins de dix minutes de la fin. C'est d'abord Wenceslas Lauret qui s'est immiscé dans la brèche. Le deuxième-ligne ciel et blanc aplatit dans l'en-but après une nouvelle phase de possession et ramène son équipe à 5 points de Toulon (13-18). Au tour ensuite de Dan Carter de profiter de la fatigue de fin de match. Maxime Machenaud a fait le choix judicieux de jouer vite une pénalité à 40 mètres. Il a résisté à plusieurs plaquages avant de donner à Dan Carter. Le Néo-Zélandais, placé en premier centre pour ce match, a inscrit l'essai puis la transformation pour permettre au Racing de passer devant (20-18). Alors que le Racing était tout proche du coup parfait, une erreur idiote du pourtant très expérimenté Martin Castrogiovanni a ruiné les efforts françiliens. Sur le renvoi, l'Italien est venu bousculer dans les airs un Toulonnais sans disputer le ballon. Face au poteau, la faute est un cadeau pour Frédéric Michalak qui a pu donner la victoire à Toulon. 

Hugo Monier @hgo_mon