Top 14 Pau Toulon Bastareaud Sireli Bobo 042016
Sireli Bobo (Pau) entouré de Mathieu Bastareaud et Josua Tuisova (RCT) | AFP - Nicolas Peschier

Toulon assure l'essentiel à Pau

Publié le , modifié le

Toulon a assuré l'essentiel en allant s'imposer à Pau (25-9) avec le bonus offensif, samedi pour le compte de la 21e journée du Top 14. Après avoir été accrochés durant la première période, en manquant de pragmatisme dans leurs temps forts, les Varois ont totalement redressé la situation après la pause, en faisant exploser les Palois.

Quelques jours après leur élimination en quarts de finale de Coupe d'Europe, les Toulonnais se déplaçaient au stade du Hameau avec l'envie de frapper fort, pour affirmer leurs ambitions dans cette compétition nationale sur laquelle ils vont désormais concentrer toutes leurs forces. Pour l'heure, il s'agissait de se  rapprocher des deux premières places pour éviter d'avoir à disputer des barrages toujours piégeux.

Armitage dans le tempo

Longtemps dominateurs, mais surtout très brouillons, les joueurs de Bernard Laporte ont finalement trouvé la faille en seconde période après trois essais refusés par l'arbitre de cette rencontre, Monsieur Charabas.Les choses enfin prenaient ensuite une une autre consistance et surtout se concrétisaient au score. Delon Armitage, par deux fois, filait à l'en-but sous une pluie battante. Il profitait en premier lieu d'un formidable travail de Tuisova (13-9, 53e), avant de creuser l'écart dans la continuité d'une action lancée par un maul pénétrant.

Escande transmettait le ballon à Mermoz, puis Belan. Servi au large, Armitage feintait la passe et prenait l'intervalle afin d'inscrire l'essai du break dans cette partie (18-9, 65e). Le 3e essai intervenait finalement à la sirène (81e). Un essai de pénalité consécutif  à une grosse poussée du pack varois, mettant les Palois au supplice. Le bonus était acquis. Les Toulonnais se sont rassurés après leur déconvenue européenne, mais ils n'ont pas totalement convaincu dans le contenu, notamment dans leurs intentions offensives.

Christian Grégoire