Stade Français
Julien Arras (Stade Français) poursuivi par un Clermontois. | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Top XIV : le Stade Français bat Clermont

Publié le , modifié le

Pour son deuxième match dans son tout nouveau stade, le Stade Français a frappé fort en disposant de Clermont (23-16), leader avant cette 5e journée de Top XIV, au terme d’une rencontre acharnée. Les Parisiens se replacent juste derrière leurs adversaires du soir (4e).

Le résumé du match en vidéo :

Un vrai combat. Dans un stade Jean Bouin aux allures de ring de boxe, où les acteurs se sont rendu coup pour coup, le Stade Français a livré face à Clermont une rude bataille dont il est finalement sorti vainqueur (23-16). Les Parisiens, toujours invaincus dans leur nouveau stade, ont su faire le dos rond au cours d'un premier acte compliqué et concrétiser leurs temps forts par la suite. 

"On a été poussif lors des  40 premières minutes mais on a su réagir, c'est bien, ça veut dire qu'on  grandit de plus en plus, se réjouit Jérôme Fillol, le demi de mêlée parisien. Même contre une équipe de Clermont qui est depuis six  ans dans le haut du tableau, qui a été championne de France, vice-championne  d'Europe, on a su montrer qu'on pouvait avancer. Oui, c'est un coup."

Malgré une légère domination en faveur des Clermontois, la première mi-temps est très équilibrée et les occasions d’essai se font rares. L’agressivité est de mise de part et d’autre, à tel point qu’une bagarre générale éclate peu avant que les joueurs rentrent aux vestiaires. Conséquence, Papé et Pierre reçoivent un carton jaune et son exclus temporairement.

La maladresse de James

Le score était alors de 3-3, James ayant laissé deux pénalités en route à des distances pourtant largement à sa portée. A 14 contre 14, Clermont reprend l’initiative et sur la dernière action de ce 1er acte, obtient une pénalité que James transformera cette fois-ci. Les joueurs du Stade Français résistent bien mais rendent trop de ballons et c’est logiquement qu’ils accusent un handicap de trois points en rentrant aux vestiaires.

Temporairement réduits à 13 en début de seconde période, les Clermontois vont voir leurs adversaires recoller sur une pénalité transformée par Fillol. L’occupation du terrain change totalement de physionomie par rapport à la première mi-temps mais sur la première incursion de Clermont dans ses 22, les Parisiens concèdent une pénalité, que James, décidément pas dans son assiette, se chargera à nouveau de manquer.

Contrairement à Clermont, le Stade Français va parvenir à traduire sa période de domination par un essai transformé. Trouvé côté gauche après une longue séquence près de la ligne d’en-but, Bonneval crochète et trouve la faille pour aplatir derrière les poteaux. Dans la foulée, Dupuy, qui avait remplacé Fillol quelques minutes auparavant, creuse l’écart en inscrivant une pénalité suite à un hors-jeu de Sivivatu.

Bonus défensif

Clermont a des ressources a va le prouver en réagissant de la plus belle des manières. Arrêté après avoir troué la défense parisienne, Stanley libère son ballon pour une action collective qui va déboucher sur un essai. Mais Paris n'avait pas l'intention de réduire à néant tous ses efforts et sur un dernier coup de collier, Arias, près de la ligne de touche, va résister au retour de la défense clermontoise pour marquer en coin (21-13). 

"On était venu avec des intentions, regrette Benjamin Kayser, le talonneur de Clermont. Il nous a manqué de  concrétiser nos actions. Après, on est tombé sur une équipe du Stade Français  sur une bonne dynamique, costaude, qui a un autre visage que l'année dernière. On craque sur la fin, c'est dommage."

Le carton rouge reçu par Papé pour un second carton jaune ne changera rien, le Stade Français arrache aux forceps une victoire de prestige face à une équipe de Clermont qui parviendra tout de même à s'octroyer le point de bonus défensif sur une ultime pénalité transformée par James. Une maigre consolation. 

Victor Patenôtre