Julien Arias (Stade Français)
Julien Arias (Stade Français) | PATRICK KOVARIK / AFP

Top 14:Stade Français dauphin provisoire

Publié le , modifié le

Paris a remporté sa 7e victoire en autant de rencontres dans le nouveau Jean-Bouin en battant Grenoble ce vendredi (21-6). Les Stadistes en profitent pour remonter à la 2e place du classement (à un petit point de Clermont qui reçoit Biarritz samedi). La qualification pour les play-offs se précise à chaque nouvelle journée.

Large vainqueur de Toulon (23-0) avant l'intermède européen, le Stade  Français confirme sa prédominance dans son antre rénové.  D'excellent augure avant d'accueillir dimanche 29 décembre Perpignan pour la  15e journée. Ce revers englue Grenoble aux portes des places de barragistes (7e). Mais sans doute la venue de Castres le 29 a-t-elle été jugée prioritaire.

Les Parisiens ont ouvert le score dès la 3e minute de jeu, Morne Steyn convertissant de près une pénalité consécutive à une grosse poussée du pack en mêlée fermée (3-0). Au quart d’heure, les Stadistes rataient un essai de très peu : Steyn donnait un petit coup de pied dans l’angle vers Arias lancé plein pot sur l’aile droite, mais le Marseillais poussait un tantinet trop loin son ballon du pied pour pouvoir aplatir dans l’en-but. Puis les Grenoblois revenaient à égalité après une pénalité signée James Hart suite à une entrée sur le côté du ruck de Pierre Rabadan (3-3, 21e).

Des occasions d’essais mal négociées

Le Stade Français se donnait de l’air en inscrivant le premier essai du match peu avant la demi-heure après un beau mouvement collectif : Parisse perçait, donnait à Bonneval qui servait Arias. Bloqué à un mètre de la ligne, celui-ci parvenait à transmettre à Doumayrou pour un essai en coin concrétisant la domination locale (8-3, 24e après la transformation manquée de Steyn). Les deux formations regagnaient les vestiaires sur ce court avantage à Paris.

Dès l’entame de la seconde période, les hommes de Gonzalo Quesada accentuaient la pression. Après une belle passe sautée de Dupuis, Camara était rattrapé in extremis et projeté en touche, puis il lâchait le ballon à quelques mètres de la ligne quelques instants plus tard. Mais une pénalité de Steyn pour hors-jeu adverse venait néanmoins concrétiser ces initiatives parisiennes (11-3). Idem à la 53e avec trois points de plus pour Steyn (14-3).

Pas de bonus

A la 57e, Julien Arias manquait un essai tout fait en commettant un en-avant au moment d’aplatir après une superbe action collective du Stade. Les Isérois subissaient clairement la domination des Noir et Rose désireux de tuer le suspense avant le money time. Ils y parvenaient sur un nouvel essai de Doumayrou –transformé par Steyn- pour porter la marque à 21-6 à dix minutes du terme, bonus offensif en vue. Mais le score ne bougeait pas.

Gonzalo Quesada, le manager du Stade Français, était heureux à la fin de la rencontre:  "Objectif atteint. On a quelques regrets à la fin car on pensait avoir la place  pour un peu plus. On a pu être présent dans les secteurs du jeu qu'on voulait.  On savait que Grenoble était fort en conquête, donc on est content d'avoir eu  la main sur le ballon et d'avoir répondu dans ces secteurs. Forcément, on est  un peu déçu de ne pas avoir pris ce bonus. On laisse deux-trois belles occasions d'essais".