Top 14 : Toulouse s'impose face à un Racing qui avait la tête ailleurs

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Toulouse s'est imposé sur la pelouse du Racing samedi soir
Toulouse s'est imposé sur la pelouse du Racing samedi soir | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

A une semaine de sa finale de Coupe d'Europe face à Exeter, le Racing 92, diminué et rajeuni, a longtemps tenu avant de céder devant Toulouse (30-24), samedi, lors de la 4e journée du Top 14, marquée par deux matches reportés. Le choc entre Bordeaux-Bègles et Clermont, prévu dimanche, avait en effet été décalé "à une date ultérieure", tout comme l'opposition de samedi entre Castres et Brive, en raison de cas d'infection à l'UBB puis au CO.

Pour le Racing, la réception du dernier champion de France aurait pu (dû ?) servir de répétition générale avant de se rendre à Bristol pour sa troisième finale continentale (2016, 2018). Mais, plutôt que de se faire les dents sur le Stade toulousain, les Ciel et Blanc se les sont cassées, concédant leur première défaite de la saison.

Une équipe du Racing largement remaniée

Il faut avouer que la préparation a été perturbée par le Covid-19. Après neuf cas positifs, staff inclus, et le report de son déplacement à La Rochelle, le Racing 92 s'était refermé sur lui-même : isolement à l'hôtel, centre d'entraînement fermé, conférence de presse virtuelle... Et, pour éviter un nouveau coup dur dans la dernière ligne droite, les Franciliens avaient même laissé leurs titulaires habituels au repos : exit Finn Russell, Virimi Vakatawa, Simon Zebo, Wenceslas Lauret et autre Eddy Ben Arous.

Avec une équipe rajeunie (24 ans de moyenne d'âge) et une dizaine de joueurs formés au club sur la feuille de match, ce Racing 92 a tenu la dragée haute à la meilleure attaque du championnat (108 points, 12 essais). Donovan Taofifenua (21 ans) et Jordan Joseph (20 ans) ont certes marqué un essai chacun mais ce Toulouse-là a, lui aussi, de la ressource. D'autant que les hommes d'Ugo Mola affichaient, eux, complet avec Antoine Dupont, Romain Ntamack, Cyril Baille, Selefasio Tolofua, Peato Mauvaka, François Cros ou Thomas Ramos, tous convoqués en Bleu par Fabien Galthié.

Le Stade Français confirme sa bonne forme à l'extérieur

Plus réalistes, plus efficaces, plus tranchants, les Toulousains ont fait parler leur expérience pour se défaire de Racingmen accrocheurs (17-16 à la mi-temps) grâce à trois essais de Matthis Lebel (10e), Cheslin Kolbe (24e) et Zack Holmes (51e). Résultat, au classement, Toulouse prend la tête du Top 14. Dans les autres rencontres de la journée, le Stade Français a confirmé sa bonne forme à l'extérieur en engrangeant un deuxième succès : après Castres (22-16), c'est Agen qui s'est montré accueillant avec les Parisiens (20-3). Pour le SUA, la lanterne rouge, il s'agit de la quatrième défaite en autant de rencontres.

Waisea Vuidravuwalu célèbre son essai pour le Stade Français
Waisea Vuidravuwalu célèbre son essai pour le Stade Français © THIERRY BRETON / AFP

Toulon s'est imposé dans la douleur devant Montpellier (25-21) malgré des essais du champion du monde sud-africain Cobus Reinach (46e) et de l'international français Vincent Rattez (52e). Le RCT ne s'est pas vraiment rassuré avant d'affronter Bristol, à Aix, vendredi, en finale du Challenge européen. Le MHR, lui, tremble déjà et peut blâmer son indiscipline chronique : Guilhem Guirado (17e) puis Julien Tisseron (29e) ont ainsi récolté un carton jaune chacun, les cinquième et sixième exclusions temporaires de la saison côté héraultais. Suite et fin de la 4e journée avec le seul match finalement programmé dimanche : le déplacement de Lyon à Pau.

AFP