Florian Fritz (Toulouse) à la charge face au Racing 92
Florian Fritz (Toulouse) charge la défense du Racing 92 et fait chuter Dan carter | AFP - PASCAL PAVANI

Top 14 - Toulouse rate le bonus offensif mais domine le Racing 92

Publié le , modifié le

Le dernier match de la 24e journée du Top 14 a offert au Stade Toulousain une victoire importante mais au goût amer, lors de la venue du Racing 92 (42-27). Ce succès des hommes d'Ugo Mola leur offre la 2e place du championnat, synonyme de qualification directe pour les demi-finales, mais ils auraient pu prendre le bonus offensif en menant par 5 essais à 0 à moins d'un quart-d'heure de la fin du match. Les Racingmen, 2e à égalité avec les Toulousains, étaient menés (42-6) avant d'inscrire trois essais.

Un essai en contre de Rokocoko a enlevé le bonus offensif aux Toulousains, à trois minutes du terme de la rencontre. Alors qu'ils menaient (42-6) et 5 essais à 0 à moins d'un quart-d'heure de la fin du match, les joueurs d'Ugo Mola ont peu à peu fléchi. Un essai de Szarzewski (67e), un de Immhoff (70e) et enfin un de l'ancien All Black, validé par la vidéo à la 78e minute, ont annihilé les efforts réalisés pendant presque tout le match. Un essai en contre, suite à une interception d'Imhoff, repris dans les 22m par Fickou qui tentait de le poussait en touche. Mais l'ailier lâchait le ballon avant de sortir du terrain. L'international français le récupérait mais été plaqué par l'Argentin, et Rokocoko en profitait pour chaparder le ballon et filer à l'essai, Holmes heurtant l'arbitre alors qu'il tentait de revenir. Un dénouement inattendu.

Le récital de Toulouse, avant la révolte du Racing

Car 10 minutes avant, Toulouse menait tranquillement (42-6), avec cinq essais inscrits pour aucun encaissé. La victoire, le bonus offensif, tout semblait facile. Les essais de Maestri (22e), Holmes (30e), Médard (40e), Fickou (44e) et Ramos (64e) avaient montré le bon chemin. Sauf que la révolte et le coaching ont tout renversé du côté du Racing 92. 

Mais après une saison sans phase finale, Toulouse a fait un grand pas pour se réinviter parmi les 6 meilleures équipes françaises. Ils auraient pu être seuls 2e. Ils sont 2e à égalité avec le Racing, à deux journées de la fin de la phase régulière.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze