L'ouvreur du LOU Lionel Beauxis
L'ouvreur du LOU Lionel Beauxis | Romain Biard / DPPI

Top 14 - Lyon refait le coup au Racing

Publié le , modifié le

Déjà vainqueur chez le Racing la saison passée, Lyon a confirmé son changement de dimension en s'imposant de nouveau dans les Hauts-de-Seine (19-13) samedi lors de la 7e journée du Top 14.

Avec cette victoire de prestige à l'extérieur, le Lou dépasse son adversaire du jour au classement et s'installe provisoirement à la 2e place derrière Clermont. Surtout, il envoie un nouveau message à la concurrence: cinq mois après sa toute première participation à la phase finale, l'équipe de Pierre Mignoni poursuit son ascension. Pour le Racing, c'est déjà la seconde défaite à l'Arena, où il avait pourtant clamé sa volonté de rester invaincu. Et comme contre Clermont, vainqueur 40-17 début septembre, l'échec francilien s'est dessiné tôt dans la rencontre et a semblé inéluctable, malgré l'essai de l'espoir de Zebo (59e) et l'ultime poussée du pack à la sirène.

La faute à une séquence offensive non concrétisée (10e), à une pénalité face aux poteaux ratée de Finn Russell (13e), sifflé par le public, à une sortie en touche de Joe Rokocoko (20e) qui avait pourtant de l'espace. Et à une attaque stérile. Mais aussi, pour le Lou, grâce à la botte très précise de Lionel Beauxis, auteur d'un impeccable 5/5 (14 points) en ayant relevé quelques défis face aux perches. Notamment celui d'une pénalité excentrée à 40 m qui donna le ton du match (7e, 0-3). Appliqués, méticuleux, les joueurs de Pierre Mignoni n'ont laissé aucune chance à des Racingmen brouillons. Outre Beauxis, Charlie Ngatai a été déterminant: placé à l'arrière, le Néo-Zélandais a sécurisé la défense en prenant par exemple le dessus sur Juan Imhoff et Russell sur une chandelle dangereuse. Le Lou est lancé, alors que le Racing stagne.

Grenoble s'en sort

Grenoble a enchaîné un second succès consécutif sur sa pelouse en dominant Bordeaux (28-25), qui n'a plus goûté à la victoire en déplacement depuis trois matches mais empoche tout de même le point de bonus défensif. Le club isérois s'est appuyé sur son attaque de feu en première période et sur la très bonne tenue de sa mêlée pour s'offrir son second succès cette saison. Affichant une fébrilité défensive inhabituelle, notamment en première mi-temps, l'UBB marque une nouvelle fois le pas à l'extérieur, malgré une très belle réaction en seconde période.

Hastoy délivre Pau

Une pénalité après la sirène de son jeune ouvreur Antoine Hastoy a permis à Pau d'arracher la victoire devant Perpignan (12-9) au terme d'un match d'une grande pauvreté. Pour le plaisir et le spectacle, on repassera. Disputée dans des conditions climatiques difficiles, cette rencontre s'est résumée à un combat d'avants, avec deux défenses solides bien aidées par de nombreux ballons perdus de part et d'autre. 

Comme lors du récent et funeste UBB-Montpellier (9-9), aucun essai n'est venu égayer un stade du Hameau qui a sifflé les siens malgré la victoire acquise grâce à quatre pénalités de Hastoy qui lui permet de rester au contact du second peloton au classement. La lanterne rouge catalane n'a pas démérité. Accrocheuse, elle a fait quasiment jeu égal avec son hôte passé le premier quart du match et ne se consolera surement pas avec son bonus défensif alors qu'elle tenait le nul à deux minutes du terme suite à une pénalité de Jackson, auteur de tous les points catalans. 


   

France tv sport @francetvsport