Jules Plisson (Stade Français) face à François Trinh-Duc (Montpellier)
Jules Plisson (Stade Français) face à François Trinh-Duc (Montpellier) | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA

Top 14 : Le Stade Français leader

Publié le , modifié le

Paris a pris seul la tête du championnat à la faveur de son succès sur le MHRC (18-11) ce vendredi à Jean-Bouin. Les Stadistes ont inscrit deux essais signés Slimani et Plisson (contre un de Trinh-Duc). Le club de la capitale possède quatre points d’avance sur Toulon qui joue samedi à Oyonnax. Montpellier repart avec le bonus défensif.

Montpellier ouvrait le score dès la 3e minute après une faute dans les airs de Doumayrou sur Wynand Olivier : Jonathan Pélissié ne ratait pas l’occasion (0-3). Le Stade Français égalisait sur un pénalité de Dupuy après un gros travail du pack en mêlée fermée (3-3,21e). Trois points mérités pour les Parisiens même si les visiteurs avaient manqué six points au pied (dont un drop de Trinh-Duc de 40 m).

Le Stade Français prend les devants

Paris inscrivait le premier essai du match peu après : sur une mêlée, Plisson héritait du cuir et lobait la défense adverse d’un judicieux petit coup de pied que reprenait Doumeyrou, soutenu par Parisse. L’action se poursuivait sur de nombreux temps de jeu avec une belle alternance avants-trois-quarts, et malgré une gourmandise de Papé qui pensait pouvoir y aller seul, le pilier Rabah Slimani réussissait à trouver la faille pour conclure en force (10-3 après la transformation de Dupuy, 29e). Quelques minutes plus tard Arias manquait une belle occasion en ratant de peu la passe au pied de Plisson. Le Stade menait à la pause.

A rencontre reprenait avec la même intensité en seconde période. Des 47 m, Julien Dupuy ajoutait trois points après une faute grossière de Bustos dans un ruck (13-3, 46e). Dans la foulée, les Languedociens marquaient à leur tour trois points consécutifs à un hors-jeu de ligne parisien (pénalité de Pélissié, 49e). Dominateurs devant, les soldats roses manquaient de reprendre leurs aises sur une nouvelle pénalité, de Plisson cette fois.

Montpellier dangereux jusqu’au bout

Juste avant l’heure de jeu, le Stade Français inscrivait un deuxième essai, aussi beau que le premier : Bonneval relançait plein champ, accélérait puis s’écartait vers le côté droit du terrain avant de ralentir juste ce qu’il fallait pour servir à hauteur, de main à main, son ouvreur Jules Plisson, lancé plein pot vers l’en-but (18-6).

Mais les hommes de Fabien Galthié trouvaient également la faille dans la solide défense locale, juste après. Tulou s’extirpait d’un ruck et servait Trinh-Duc qui allait à dame juste au pied du drapeau de touche. L’ouvreur international ratait la transformation de son essai (18-11, 59e).

A six minutes du terme, Plisson ratait un drop de loin. Le public poussait ses protégés pour tenir cet avantage de 7 points insuffisant pour passer une fin de match tranquille. Mais Paris tenait bon les rênes de cette rencontre, s’offrant un succès logique malgré une ultime pénalité ratée de Porical.

Réactions

Rabah Slimani, (pilier du Stade français  au micro de Canal + Sport): "On avait à coeur de rester invaincus chez nous,  c'est de bon augure pour la suite, on est content d'être premier, mais il y a  encore des gros matches qui arrivent"
   
François Trinh Duc, (ouvreur de Montpellier, au micro de Canal + Sport):  "Ce point du bonus défensif est presque un exploit, on a été dominé dans tous  les secteur du jeu par Paris, les Parisiens étaient meilleurs que nous, c'est  tout. On a encore du boulot. On a manqué de déplacements, la défense parisienne  était très agressive, c'était dur de mettre en place notre jeu, le manque de  fraîcheur n'est pas une excuse, tout le monde est à la même enseigne".