Alex Muller
Alex Muller félicité par ses coéquipiers du RCT | AFP

Top 14 : Le RC Toulon se reprend parfaitement sur la pelouse du Stade Toulousain

Publié le , modifié le

Déroutant. En pleine tempête médiatique et interne, le RC Toulon a parfaitement réagi sur le terrain. Dans le cadre du dernier match de la 4e journée de Top 14, les Varois sont allés chercher un succès bonifié (3 essais) sur la pelouse du Stade Ernest-Wallon de Toulouse (32-15). Une victoire qui permet aux Toulonnais, qui restaient sur une criante défaite à domicile contre Brive, de resprier au classement (4e) et de voir les jours qui viennent avec un peu plus dé sérénité. Le Stade, premier avant cette journée, dégringole à la 8e place.

Blessé, mais jamais abattu. Diego Dominguez, attaqué de toute part ces derniers jours et notamment fragilisé par son président Boudjellal, a envoyé un message très fort cet après-midi. Non, ses joueurs ne l'ont pas lâché, et non Toulon ne va pas connaître une crise interminable. Ce succès glané sur la pelouse du Stade Toulousain, avec la manière et avec un bonus offensif, vient clairement éteindre l'incendie.

Toulouse absent, Toulon se rebelle

Et pourtant, les premiers instants de ce dernier match du week-end s'annonçait pénible pour les hommes de Dominguez. Dominés dans rucks et dans l'impact, Toulon s'appuyait alors sur une force mentale de tous les instants. Signe déjà que les Toulonnais ne laisseraient pas non plus ses adversaires leur marcher dessus longtemps. D'ailleurs, la patience varoise payait. Si la défaillance aux pieds du Stade (59% depuis le début du championnat, pire équipe du Top 14) permettait à Toulon de rester à distance (3-0, 15e), les avants toulonnais allaient en profiter pour sonner la charge. Gorgodze à la baguette sur un ballon porté pour voir Guirado aplatir en puissance le premier essai du match (20e). 8-3 et la machine du RCT était lancée.

Toulouse prenait un sacré coup sur la tête. Un duel aux pieds allait alors se profiler entre Bézy/Fritz côté Toulouse face à l'unique et excellent Halfpenny, toujours aussi fort aujourd'hui (5/7 aux pieds). Le Stade Toulousain balbutiait clairement son rugby et ne parvenait pas à retrouver les automatismes qui lui avaient permis de s'imposer contre Bordeaux et Montpellier. Absent, le Stade était encore sanctionné sur une terrible erreur d'appréciation de Palisson qui parvenait pas à retenir le ballon en mains sur un rebond capricieux. Trinh-Duc en profitait pour servir l'international à 7 argentin, Muller Aranda, parti à pleines cannes dans l'en-but des locaux (39e, 18-9). L'écart était donc fait et plus jamais les hommes d'Ugo Mola n'allaient revenir. 

Bonus psychologique pour le RCT

Le pied à nouveau faillible de Bézy au moment décisif (72e) sonnait le glas. Toulon, bien aidé par le drop superbe de Trinh-Duc (75e) avant l'essai du bonus offensif d'Ollivon (81e), remportait une victoire importantissime. Tant d'un point de vu comptable que psychologique. L'orage étant passé pour le RCT qui retrouve des couleurs, aux dépens d'un Stade Toulousain étrangement apathique aujourd'hui.