Le joueur du Racing 92 Finn Russell contre Brive en Top 14
Le joueur du Racing 92 Finn Russell contre Brive en Top 14 | DIARMID COURREGES / AFP

Top 14 : Le Racing s'est bien amusé à Brive (20-44)

Publié le , modifié le

Moribond en début de saison, le Racing 92 a signé une prestation convaincante pour s'imposer à Brive (20-44) samedi pour la 12e journée du Top 14. Les Franciliens ont signé un petit festival offensif avec six essais et le bonus en prime. Les hommes de Laurent Travers font une belle opération au classement et remontent devant leur adversaire de l'après-midi.

Brive n’est plus invincible. Plus battu à domicile depuis près de 18 mois à Amédée-Domenech, le promu est tombé face à un Racing revigoré et dominateur de bout en bout. Le score final 20-44 est lourd mais révélateur d’un match plein des Racingmen, portés par leurs internationaux tricolores. Camille Chat (doublé), Teddy Thomas ou Brice Dulin y sont tous allés de leur essai, pour un bonus offensif et un bon bol d’air.

Il fallait ainsi remonter à avril 2018 pour trouver la trace d’un revers du CA Brive sur sa pelouse. Mais ce Racing-là n’a plus grand-chose à voir avec celui du début de saison, sans mondialistes et sans âme. Les hommes de Laurent Travers ont montré une belle envie offensive et une force irrépressible sur les touches. Bien lancés par la charnière Russell - Ibarben à la suite de cette phase de jeu, le Racing a pris à la gorge une équipe corrézienne valeureuse mais aux armes trop peu dangereuses pour tenir la comparaison. Avec quatre essais avant même le repos, dont deux ballons portés convertis par Chat, le gros du travail était fait.

De la 10e à la 4e place

En contrôle, les visiteurs n’ont jamais relâché l’étreinte et gonflé leur nombre d’essais à six unités pour un troisième succès bonifié de la saison à l’extérieur. Fort, alors que l’arrière-garde du CA Brive n’avait jusqu’alors encaissé que sept essais en cinq matches à la maison depuis le début de cet exercice. Et comme en plus la défense du Racing n’a que peu laissé de munition à son adversaire, la victoire n’en a été que plus nette, probablement la meilleure prestation francilienne de la saison en championnat. Elle a notamment permis au Racing de voir François Trinh-Duc jouer ses premières minutes sous ses nouvelles couleurs, après sa blessure sérieuse à l’avant-bras subie en préparation.

Avec cette victoire, le Racing donne une toute autre allure à son bilan puisque de la dixième place, il passe à un provisoire quatrième rang, à égalité avec le Stade Toulousain. Brive recule d’une place (7e).

Montpellier ralenti par le Stade Français

Lors du dernier match de la journée, le Stade Français, lanterne rouge du Top 14, a réussi à accrocher un nul important à Montpellier (20-20) même si les Parisiens peuvent avoir quelques regrets face à des Héraultais très fébriles et maladroits une fois la demi-heure de jeu passée. L'ouvreur du Stade Français Nicolas Sanchez a en effet raté trois pénalités, soit neuf points laissés en route qui pèsent lourd au final. À la 50e minute, les entraîneurs Julien Arias et Laurent Sempéré ont remplacé l'arrière Kylan Hamdaoui et Joris Segonds afin de confier à ce dernier la charge du but. Pari réussi pour le jeune ouvreur, avec notamment la pénalité de l'égalisation à la 74e alors que Montpellier menait 20 à 17 à fix minutes de la fin.

Avec ce résultat, le MHR concède un deuxième nul à domicile après Bordeaux-Bègles (17-17) fin septembre et est provisoirement 6e en attendant les résultats de certains poursuivants (Castres, Clermont, La Rochelle). Quant au Stade Français, il reste dernier du classement mais il revient provisoirement à un point d'Agen qui joue à La Rochelle ce dimanche. En revanche, les Parisiens ont peut-être perdu pour quelques temps leur recrue phare, le troisième ligne aile Pablo Matera, capitaine de l'Argentine à la dernière Coupe du monde, qui s'est blessé au dos en première période.