Top 14 : le Racing crée l'exploit à 14 !

Top 14 : le Racing crée l'exploit à 14 !

Publié le , modifié le

Le Racing 92, réduit à 14 pendant la majeure partie du match, a remporté la finale du championnat de France face à Toulon (29-21).

Vingt-six ans ! Le Racing 92 a remporté le titre de champion de France de rugby grâce à sa victoire contre le RC Toulon (29-21). Pour se souvenir de son dernier trophée, le Racing 92 doit revenir à une époque où il s'appelait le Racing Club de France. Ce soir, les Chavancy, Goosen, Carter et consorts succèdent aux Abadie, Mesnel, Cabannes et Guillard. Un titre acquis dans la douleur, à 14 contre 15 pendant plus de cinquante minutes. 

Machenaud n'a pas tué le suspens

"Bon, c'est plié !" La réaction au carton rouge du racingman Maxime Machenaud (18e) a été la même un peu partout, des spectateurs du Camp Nou à ceux devant leur écran. Sanctionné pour un plaquage "cathédrale" sur Matt Giteau, l'Australien retombant la tête la première, Maxime Machenaud a une nouvelle fois dû quitter prématurément ses partenaires. La dernière fois, c'était lors de la finale de Coupe d'Europe perdue contre les Saracens. Pas de rouge, mais un K.O synonyme de fin de partie. Peu de monde imaginait alors le Racing tenir le choc face à l'armada toulonnaise pendant les soixantes minutes restantes. Encore moins quand, 12 minutes et un essai du Géorgien Mamuka Gorgodze plus tard, les Franciliens se sont retrouvés menés 14 à 6. 

Goosen et Carter les cannoniers, Rokocoko la fusée

Face à cette situation, le Racing s'est appuyé sur ses certitudes. Une défense à toute épreuve et des buteurs imperturbables. Avec cinq pénalités (7e, 25e, 40e, 58e, 80e), et malgré une transformation ratée, Dan Carter a parfaitement tenu son rang. Avec sa puissance, Johan Goosen a également apporté des points précieux au Racing. Trois pénalités (33e, 48e, 51e) au niveau de la ligne médiane pour permettre à son équipe de rattraper, puis dépasser Toulon. Sans doute trop confiants, les Toulonnais ont péchés. Ils ont été sanctionnés. Le carton jaune de Xavier Chiocci (50e) a été un tournant du match. Le moment choisi par Joe Rokocoko, 33 anspour rappeler à tous l'immense joueur qu'il a été. L'ancien All Black a profité d'une récupération au sol du Racing dans son camp pour aller inscrire un superbe essai. Servi en bout de ligne à une cinquantaine de mètres de l'en-but, il a éliminé son vis-à-vis d'un coup de pied, battu un second toulonnais à la course et aplati dans l'en-but pour donner onze points d'avance à son équipe (59e).

L'essai de Maxime Mermoz, prenant par surprise la défense du Racing à dix minutes du terme (71e, 26-21), ne changera rien. Le sort du match s'est scellé sur une mêlée à cinq mètres de l'en-but francilien. Une nouvelle sanction contre les Toulonnais, pourtant dominateur tout le match dans ce secteur, pour permettre au Racing d'éloigner définitivement le danger. Vingt-six ans après, le Racing retrouve le Bouclier de Brennus.  

Hugo Monier @hgo_mon