Olivier Klemenczak marque un essai contre La Rochelle
Olivier Klemenczak, le trois-quarts centre du Racing 92, a inscrit un bel essai contre La Rochelle. | THOMAS SAMSON / AFP

Top 14 : Le Racing 92 gifle La Rochelle (49-0) et monte sur le podium

Publié le , modifié le

Un choc en ouverture de la 17e journée de Top 14, c'est bien. Du jeu et une véritable confrontation, c'est mieux ! Ce samedi après-midi, il n'y a jamais eu match à la Paris la Défense Arena où le Racing 92 s'est baladé comme rarement face à La Rochelle (49-0). Avec sept essais inscrits, les Franciliens ont offert un véritable récital, bonifié évidemment, leur permettant ainsi de monter provisoirement sur le podium.

Il y a des jours comme ça où rien ne fonctionne. Où les jambes et la tête sont tout simplement restées bien au chaud dans le vestiaire. Comme il y a un an quasiment jour pour jour, La Rochelle a subi la foudre du Racing 92 en son antre de La Défense Arena. Très concentrés et trop inspirés pour leur adversaire, les Franciliens ont littéralement laminé des Rochelais apathiques et complètement à côté de la plaque ce samedi après-midi à l'occasion de la 17e journée du Top 14. En s'imposant très largement 49 à 0, avec sept essais au compteur et le bonus offensif, le Racing 92 passe la Rochelle au classement en s'installant provisoirement sur le podium.

Un chef d'oeuvre collectif

Si le Racing avait déjà giflé sévèrement La Rochelle ici-même il y a un an (50-14), on ne pouvait pas imaginer assister à une nouvelle humiliation. Pourtant, après seulement sept minutes de jeu, le talonneur francilien, Teddy Baubigny, après un joli ballon porté, a montré la voie d'une nouvelle déroute rochelaise. Il est difficile de ressortir un seul homme du côté du Racing 92 tant les protégés de Laurent Travers ont signé un véritable chef d'oeuvre collectif. Des rucks aux mauls en passant par les touches et le jeu en mouvement, les Racingmen ont roulé sur les Rochelais ! Finalement, tout le monde ou presque a pu participer au festival offensif.

Baubigny dans un premier temps a donc récompensé la puissance de son pack avant que le flair de Finn Russell (16e, 15-0) et François Trinh-Duc (40e, 25-0) n'aient profité du cauchemar vécu par Jules Plisson et Victor Vito, tous deux interceptés sur des transmissions hasardeuses. Si le repos aurait pu (dû ?) faire du bien, il n'en fût rien et La Rochelle a un peu plus creusé son trou en seconde période. En tout cas, le Racing 92 avait décidé de jouer le jeu jusqu'au bout et cela a offert plusieurs actions de toute beauté. Klamenczak (44e), Sanconnie (59e), Machenaud (71e) et enfin Kolingar (78e) ont donc inscrit quatre nouveaux essais à des Rochelais tout simplement au bout du rouleau.

Si les Ciel et Blanc n'en avaient pas tant demandé, il faut dire que les Franciliens ont sorti une partition quasi parfaite. De quoi remettre un peu plus de suspense dans une lutte pour le podium plus intense que jamais. De son côté, La Rochelle n'avait plus terminé un match fanny depuis novembre 2016 et un 26-0 infligé par l'UBB. C'est le leader bordo-béglais, justement, qui sera le prochain adversaire des Maritimes, dans trois semaines. Et cette fois, il ne faudra pas passer à côté.

Toulouse se manque, Pau sort de la zone rouge

Le champion de France toulousain, lui, s'est manqué samedi, battu par Bayonne (20-10), et sort des places qualificatives pour la phase finale. Les Rouge-et-Noir sont tombés dans le piège basque : trop indisciplinés, les Toulousains ont raté leur match à Bayonne. Résultat, c'est l'Aviron qui a le sourire samedi soir. Le club basque s'est donné un peu d'air dans la lutte pour le maintien et pointe désormais à la 9e place, avec sept points d'avance sur la zone rouge.

Si Toulouse cale, Clermont, vice-champion de France, s'est relancé à Agen (32-15) grâce à une seconde période de feu et un doublé de Peceli Yato (51e, 74e). Les Jaunards sont désormais 6e, un point devant... Toulouse. Dans les autres rencontres de la journée, Pau a mis un terme à une série de sept défaites consécutives en venant à bout de Montpellier (19-15). Et la fin de match a enfin souri à la Section. Défait dans le money-time à Brive puis au Hameau contre Clermont alors qu'il menait à chaque fois, Pau s'est fait violence pour arracher un succès précieux grâce à un essai en force de son pilier Nicolas Corato à cinq minutes du terme.

(Avec AFP)