Top 14 : Le LOU croque le Racing 92

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Baptiste Couilloud
Baptiste Couilloud a inscrit l'un des deux essais lyonnais. | ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Lyon a stoppé la série du Racing 92 dimanche à Gerland avec un succès 29-20 qui lui permet de consolider sa deuxième place en Top 14. Le Lou, toujours invaincu dans sa tanière, relègue les Franciliens, qui restaient sur 5 succès de rang, à 12 points.

En costaud, Lyon s'est imposé (29-20) dimanche à Gerland, contre l'ambitieux Racing, qui a vu s'interrompre sa belle série lors de la 16e journée de Top 14. Les Lyonnais renouent avec la victoire, après un revers chez le leader bordelais le week-end dernier. Grâce à ce succès, la quatorzième de suite à domicile, ils consolident leur deuxième place et comptent onze points d'avance sur le troisième, La Rochelle.

Lambey sort sur blessure

Le Racing subit un coup d'arrêt après avoir enchaîné cinq succès consécutifs en Top 14, dont deux bonifiés à l'extérieur. Avec 41 points, il glisse derrière La Rochelle, à égalité de points avec Toulon. Lyon, qui a perdu sur blessure son capitaine, le deuxième ligne international Félix Lambey, touché à la cheville gauche en fin de première période, a longtemps souffert pour se libérer de l'étreinte adverse.  Il ne s'est libéré qu'à quatre minutes de la fin, grâce à une pénalité récupérée sur une mêlée. L'ouvreur argentin Patricio Fernandez, impeccable face aux perches (7/8) a alors offert neuf longueurs d'avance (29-20) à son équipe, sur une tentative de quarante mètres en coin.

Réveil brutal du LOU

Baladé par le jeu au pied adverse, fébrile en touche (quatre ballons perdus en première période), en difficulté dans le jeu au sol, le Lou s'était vite retrouvé mené de dix points, après un essai du flanker francilien, Wenceslas Lauret (3-13. 20e). Mais le réveil du Lou fut brutal, infligeant aux visiteurs un 23-0 en moins de cinquante minutes. Il a d'abord réagit par son ailier, Xavier Mignot, sur un essai en force, après un gros travail des avants, validé après un arbitrage vidéo (10-13. 25e). Une nouvelle pénalité a permis aux LOU d'atteindre la pause sur un score de parité (13-13).

Et il a pris l'avantage dès le retour des vestiaires. Après un ballon haut récupéré par Noa Nakaitaci et une fixation de Xavier Mignot, l'arrière Toby Arnold a transpercé les lignes franciliennes et offert l'essai entre les perches à son demi de mêlée, Baptiste Couilloud (20-13. 43e). Avant que Patricio Fernandez, sur pénalité, n'accentue l'avantage (26-13. 64e).

"Il fallait absolument gagner"

Dominé dans les impacts en seconde période, le Racing n'est pas parvenu à concrétiser ses rares ballons d'attaque, à l'image de ce ballon gardé au sol devant la ligne lyonnaise par Yoan Tanga (46e) ou de cette percée d'Olivier Klemenczak, stoppé aussi sur la ligne (50e). En fin de match, pour tenter de récupérer le bonus défensif, le staff francilien a fait rentrer les deux piliers titulaires, Hassane Kolingar et Benjamin Tameifuna, sur une mêlée dans les vingt-deux lyonnais. Le coup a failli être gagnant. Le Racing a mis la mêlée adverse à la faute et s'est offert un dernier ballon sur un lancer en touche... à nouveau perdu au sol.

"Si on voulait rester dans le haut du tableau, il fallait absolument gagner contre un concurrent direct", a souligné Pierre Mignoni sur Canal+. Le Racing, qui était irrésistible depuis 5 matches, peut avoir quelques regrets après avoir mené 13-3 à Gerland (13-13 à la pause): "la deuxième (période), on a fait que défendre. On n'a pas le ballon et quand on l'a, on le rend", a regretté Laurent Travers au micro de Canal+.

AFP