L'affrontement entre Montpellier et La Rochelle
Antoine Battut pris en tenaille par les Rochelais | AFP - PASCAL GUYOT

Top 14: La Rochelle rate de peu le gros coup à Montpellier, Ford pied au plancher avec le RCT

Publié le , modifié le

Les Rochelais ont bien failli frapper un énorme coup lors de leur déplacement à Montpellier, pour le compte de la 9e journée du Top 14. Mais sur une pénalité dans les arrêts de jeu, ils ont dû s'incliner d'un point (13-12) contre des Héraultais heureux. L'affrontement entre Toulon et Grenoble a accouché d'un festival offensif, oeuvre du RCT (42-12) pour le premier match de Mike Ford à sa tête. Le Stade Français arrache la victoire sur le LOU (25-19).

Echoué dans le port. Voilà bien ce que les joueurs de La Rochelle doivent ressentir après cette 9e journée. Auteurs du seul essai de la rencontre à Montpellier grâce à leur pilier international Atonio (4e), les Maritimes étaient toujours devant les Montpellierains, sur leur pelouse, jusqu'à la 80e minute de cette rencontre entre le 2e et le 3e du Top 14. A ce moment-là, François Steyn trouvait le poteau rochelais sur une pénalité sifflée suite à un hors jeu. Puis, quatre minutes après la fin du temps réglementaire, Botica se voyait proposer une nouvelle pénalité, en face des perches, qu'il passait pour Montpellier. Car Bouldoire avait eu la mauvaise idée de lancer volontairement de la main un ballon derrière la zone d'essai, suite à la tentative du Sud-Africain. Une erreur grossière, un mauvais réflexe, un geste qui coûte une victoire de prestige et même plus aux Rochelais.

Car les hommes de Patrick Collazo pouvaient, sur la pelouse d'un prétendant au titre, décrocher leur troisième victoire de la saison à l'extérieur. En clair, ils pouvaient marquer encore plus les esprits en battant les hommes de Jack White. Ce n'est qu'un point de bonus bien amer qu'ils ramènent chez eux.

Le minimum, c'est aussi ce que le Stade Français a décroché sur sa pelouse, face au LOU, qui peut aussi nourrir des regrets. Car les Lyonnais ont laissé s'échapper ce bonus défensif dans les dix dernières minutes, alors qu'ils avaient mal commencé la rencontre en encaissant un essai dès la 4e minute (Waisea). Morne Steyn, pour son premier match de championnat de la saison comme son compère de la charnière Will Genia, a réalisé un sans-faute (4 pénalités et 1 transformation). Mais la prestation globale n'est pas à la hauteur des ambitions parisiennes, qui peuvent néanmoins se réjouir de compter de nouveau sur ses deux internationaux, de même que sur Jonathan Danty.

Le RCT de Ford rugit déjà

Le Toulon de Mike Ford a démarré pied au plancher samedi, corrigeant Grenoble 42-12 en marquant six essais, conformément aux promesses de jeu offensif de l'entraîneur anglais, qui vient de succéder à Diego Dominguez. Une victoire avec bonus pour débuter: il faudra un adversaire plus consistant que l'avant-dernier du Top 14 et plus que les cinq petits jours de travail de Ford en tant que numéro un pour juger. Toulon a varié son rugby, marquant deux beaux essais en balayant la largeur du terrain, par Mathieu Bastareaud (5e) et Mamuka Gorgodze (36e). Il a également poussé, sur les vertus ancestrales de sa mêlée, le FCG à concéder deux essais de pénalité (36e, 57e). Jocelino Suta (66e) et Axel Muller (75e) ont ensuite enfoncé Grenoble, qui n'a relevé la tête que par un essai de son arrière Gio Aplon (70e). A partir de l'essai du bonus, les journaux ont volé dans un Mayol qui a fait la fiesta et applaudi à chaque fois que les Toulonnais jouaient une penaltouche.