Top 14 : la reprise est "vitale pour la survie du rugby pro", lance Paul Goze

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Paul Goze
Paul Goze, le Président de la Ligue Nationale de Rugby | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que la reprise du Top 14 aura lieu vendredi, après six mois d'arrêt, le président de la Ligue nationale de rugby Paul Goze a rappelé que la reprise du championnat était "vitale pour la survie du rugby professionnel". Une question de survie donc selon le président de la LNR mais sans pour autant prendre des risques, insiste-t-il.

La reprise du Top 14, programmée vendredi après six mois sans compétition liés à la pandémie de nouveau coronavirus, est "vitale pour la survie du rugby professionnel", a déclaré lundi le président de la Ligue nationale de rugby Paul Goze. "Ce sera d'une façon différente mais il faut que nous reprenions (...) Pour le rugby professionnel, il n'y a pas le choix. Il faut que nous rejouions rapidement, dès le week-end prochain bien évidemment", a insisté le patron de la LNR lors d'une conférence de rentrée organisée quatre jours avant la reprise.

Le Top 14, dont la saison 2019-2020 avait été annulée sans titre ni relégation du fait du contexte sanitaire, doit reprendre ses droits vendredi avec deux rencontres de l'exercice 2020-2021, Stade Français - Bordeaux-Bègles et Montpellier - Pau. Mais reprendre, "cela ne veut pas dire prendre des risques, ni pour les joueurs, ni les arbitres, ni l'encadrement", a souligné Paul Goze, en rappelant que la Ligue a mis en place un protocole strict.

Un protocole strict 

Trois cas de contamination au Covid-19 détectés dans un même club de Top 14 à trois jours d'un match entraîneront ainsi le report d'un match selon ce protocole. "On se dit qu'après ces six mois d'interruption de très belles choses vont se profiler devant nous (...) On va jouer malgré l'épidémie, d'une manière un peu différente. Il faut apprendre à vivre avec cette situation", a ajouté le président de la LNR, qui avait fait part de ses inquiétudes ces derniers jours concernant le maintien de la jauge à 5 000 personnes dans les stades. "Nos clubs sont en péril", avait-il déploré dans une entretien à de l'AFP. Selon les calculs de la LNR, les trente clubs professionnels français pourraient perdre entre 30 et 35 millions d'euros pendant les deux premiers mois du championnat avec une jauge limitée à 5 000 spectateurs.

à voir aussi Paul Goze : "Le huis clos ? La débâcle pour le rugby pro" Paul Goze : "Le huis clos ? La débâcle pour le rugby pro"
AFP