Top 14 (J12) : Paris résiste à Nagusa et Montpellier

Top 14 (J12) : Paris résiste à Nagusa et Montpellier

Publié le , modifié le

Le Stade Français retrouve des couleurs. Mal en point au classement (12e), les Parisiens se sont imposés à domicile face à Montpellier (21-17), sixième du classement. Ils remontent à la dixième place (24 points) entre Brive (27) et Lyon (23). Une victoire acquise grâce à la précision au pied de Jules Plisson et malgré un Timoci Nagusa en grande forme.

Le Stade Français retrouve des couleurs. Mal en point au classement (12e), les Parisiens se sont imposés à domicile face à Montpellier (21-17), sixième du classement. Ils remontent à la dixième place (24 points) entre Brive (27) et Lyon (23). Le Stade Français conserve son invincibilité à domicile grâce à sept pénalités de Jules Plisson et malgré un Timoci Nagusa en grande forme.

Occasions et imprécisions

Vainqueurs sans marquer d’essai, les Parisiens n’ont pas payé trop cher leurs nombreuses fautes de main. Dès la 14e minute, le carton jaune de Jacques du Plessis, pour une tentative de coup au visage d’un adversaire, leur a offert un avantage numérique. S’ils en ont parfaitement profité dans le jeu, squattant la moitié de terrain montpelliéraine, ils ont été incapables de convertir leur domination en points. Trop brouillons, trop pressés, trop imprécis au moment d’entrer dans les vingt derniers mètres. Paris parvient malgré tout à atteindre la pause avec six points d’avance (9-3)

Lire aussi : Revivez Stade Français - Montpellier 

Nagusa réveille Montpellier

L'incapacité des Parisiens à marquer offrait à Montpellier l'opportunité de revenir. Et cinq minutes ont suffi pour faire passer les Héraultais en tête. Et pour faire la courte-échelle : Timoci Nagusa. Le Fidjien s'est retrouvé à la baguette sur les deux essais de son équipe. Sur le premier (50e), son coup de pied audacieux permet à Jessie Mogg de récupérer devant l'en-but parisien. L'Australien n'a plus eu qu'à fixer et transmettre à son compatriote Joe Tomane. Encore 12-10 pour Paris. Une pénalité de Plisson plus tard, Nagusa a refait des siennes. En soliste, cette fois. Trouvé en bout de ligne par Nic White, d'une passe sautée astucieuse, il a accéléré, cadré puis débordé Bonneval. Le retour de Camara était trop tardif pour empêcher Nagusa d'applatir dans l'en-but. 15-17. Mais deux nouvelles pénalités de Plisson ont redonné l'avantage au Stade Français, résistant face à la pression montpelliéraine dans les dernières minutes. 

Hugo Monier @hgo_mon