Fulgence Ouedraogo
Le capitaine de Montpellier, Ouedraogo | AFP - REMY GABALDA

Top 14 - Interview Ouedraogo

Publié le , modifié le

Le capitaine Fulgence Ouedraogo estime que Montpellier, renforcé par l'arrivée de quatorze joueurs, "sera plus attendu" au cours de la nouvelle saison du Top 14 qui débute ce vendredi soir au stade du Manoir face à Toulon, champion d'Europe en titre.

Quel est votre sentiment à la veille de la reprise ?

Fulgence Ouedraogo: "Nous avons hâte de reprendre le championnat face à un gros morceau, à  savoir le champion d'Europe. Comme on va devoir se mettre de suite dans le bain  et sortir un gros match, on sent une énorme motivation au sein de l'équipe. Que  cela soit en début ou en fin de saison, Toulon, qui est une grande équipe, est  prêt à tout moment. D'ailleurs, il est constant dans ses performances."
   
 Votre président vise un barrage à domicile. Est-ce une ambition que vous  partagez ?

F.G.: "Le président, qui met beaucoup de moyens dans le club, a de hautes  ambitions. C'est plus facile d'afficher ses ambitions quand on est hors du  terrain. Pour notre part, nous allons essayer de réussir une belle saison, de  nous qualifier pour les quarts de finale (barrages). Et comme on sait que l'on  sera plus attendu cette saison, il est important de bien débuter la saison face  à Toulon."
   
Etre classé parmi les six premiers, est-ce le minimum pour Montpellier ?

F.G.: "C'est le minimum même si on sait que Perpignan, Castres, le Stade  Français ou d'autres veulent aussi figurer parmi les six premiers. Quatre  équipes sont au-dessus du lot: Toulon, Clermont, le Stade Toulousain et le  Racing-Métro et derrière, sept équipes bataillent pour prendre les deux places  qui restent. Ce sera un championnat compliqué. Jusque-là, c'est la saison où  nous étions a priori le moins forts sur le papier que nous sommes allés en  finale. Depuis, nous n'avons pas fait mieux. Pour franchir un pallier, il  faudra faire mieux."
   
L'arrivée de nombreux joueurs peut-elle générer une redistribution des  rôles ?

F.G.: "Ils ne peuvent pas immédiatement jouer un rôle de leader, ils doivent  s'intégrer pour prendre place au sein de leur nouvel effectif. Mais, ces  joueurs, qui côtoient le haut niveau, vont nous apporter leur expérience et  leur maturité au fur et à mesure."
   
Comment avez-vous accueilli la prolongation de contrat de votre  entraîneur Fabien Galthié?

F.G.: "C'est une bonne chose pour le club. Et pour lui aussi. S'il a prolongé,  cela signifie qu'il se sent bien à Montpellier. Que l'équipe et  l'administration répondent à ses attentes. Pour ma part, je n'ai pas encore  discuté avec les dirigeants. La saison ne fait que débuter, on verra par la  suite."
   
Avez-vous l'impression que le rugby français change de dimension ?

F.G.: "Le niveau du championnat ne cesse de s'élever avec l'apport de nombreux  joueurs étrangers. C'est probablement le championnat le plus dur à jouer,  autant mentalement que physiquement. Il n'y a pas de petites équipes. C'est  pourquoi il faut un effectif qui puisse supporter tout ça."