Montpellier Bayonne Pietersen Pelo
Le Bayonnais Pietersen à la lutte avec le Montpellierain Pelo | AFP - Pascal Guyot

Top 14: Des barrages à l'état neuf

Publié le , modifié le

Hormis Toulouse, idéalement placé pour prendre l'une des deux premières positions qualificatives directement pour les demi-finales, Bourgoin, assuré de descendre, La Rochelle à un point de la relégation, et le Stade Français comme Agen, assurés de se maintenir sans jouer les barrages, les autres équipes sont encore en lutte. Avec sept points entre le Racing-Métro, 2e, et Bayonne, 9e, et deux journées à disputer, les billets de fin de saison sont à distribuer.

La qualification directe en demi-finale, une place de barragiste, voilà à quoi prétendant encore dix équipes du championnat de France, à seulement deux journées de la fin de la saison régulière. Le week-end a été très prolifique pour des équipes dos au mur, qui peuvent continuer à rêver d'Europe, comme Perpignan, Toulon et Bayonne. Entre crise financière et déclin sportif, Bourgoin se savait condamné depuis bien longtemps à la ProD2, le Stade Français ayant un peu plus confirmé sa fin de saison précoce avec pour la deuxième année de suite une non-présence en Coupe d'Europe en étant battu samedi au SDF par Clermont, tandis qu'Agen a assuré son maintien en s'imposant vendredi à La Rochelle. Voici donc les trois clubs n'ayant plus rien à jouer lors des deux dernières journées de la saison régulière, et ils devraient être rapidement rejoints par les Rochelais, qui vont à Clermont et reçoivent Bayonne sans avoir leur destin en main, puisque Brive n'a qu'un point à prendre (contre Montpellier ou à Agen) pour rester devant les Maritimes et en Top 14.

Pour le reste, rien n'est fait. Si le Stade toulousain, leader avec quatre points d'avance sur son premier poursuivant, a tous les atouts en poche pour obtenir l'une des deux premières places les propulsant directement en demi-finale (avec la réception de Bourgoin et de Clermont lors des deux dernières journées), les autres peuvent encore tout gagner, ou tout perdre.

Le Racing-Métro, dauphin de longue date, a certes ramené un point de Perpignan, mais c'est tout ce qu'ils ont pour devancer Castres, Clermont et Biarritz étant à deux longueurs, Montpellier à trois, et Toulon à quatre. La place de barragiste est quasiment acquise (pas mathématiquement) avec la réception d'Agen et le voyage chez le voisin du Stade Français, soit deux équipes sans pression et sans motivation, hormis celle de bien finir cette saison. Ce ne sera pas le cas de Castres, premier poursuivant qui recevra Biarritz et ira à Perpignan pour finir, soit deux candidats affirmés à l'une des six premières places, voire à l'une des deux premières pour les Basques. Les Castrais peuvent encore se qualifier directement pour les demi-finales, jouer un barrage à domicile, ou s'arrêter le 7 mai prochain. C'est aussi le cas du champion de France clermontois (réception de La Rochelle, voyage à Toulouse), de Biarritz (déplacements à Castres et Bourgoin), de Montpellier (à Brive et à domicile contre Toulon) et de Toulon (réception de l'USAP et voyage à Montpellier), qui n'ont que cinq points de retard sur le Racing. Revenus de l'enfer grâce à leur succès lors de cette 24e journée, Perpignanais et Bayonnais ne peuvent plus viser la qualification directe (7 points de retard sur le Racing-Métro), mais un barrage leur est encore accessible, à condition d'un sans-faute à Toulon et contre Castres pour les premiers, et contre le Stade Français et à La Rochelle pour le deuxième. Mais ce calcul ne sera plus valable après le prochain week-end, puisque l'affrontement entre les Varois et les Catalans fera une victime, ce qui pourrait également être le cas du vaincu entre Biarritz et Castres pour la qualification directe.

Plus que jamais, ce Top 14 se révèle indécis. Mais entre les leader vaincus le week-end dernier mais qui ont "l'excuse" d'avoir fait tourner l'effectif (Toulouse, Racing-Métro) et des équipes qui ont lancé depuis longtemps un sprint échevelé pour combler leur retard (Clermont, Biarritz, Toulon, Perpignan, Bayonne), l'avantage sera donné à quelle dynamique ?