Christophe Urios, le nouveau manageur de l'Union Bordeaux-Bègles
Christophe Urios, le nouveau manageur de l'Union Bordeaux-Bègles | AFP - NICOLAS TUCAT

Top 14: Christophe Urios (UBB), changement de rôle à Castres

Publié le , modifié le

Premier match de la 3e journée du Top 14, l'affrontement entre Castres et l'Union Bordeaux-Bègles (15h30) aura une saveur particulière pour Christophe Urios. Champion de France avec Castres voici deux ans, le technicien a, cet été, changé de crèmerie pour prendre en mains l'équipe de Bordeaux-Bègles, avec laquelle il vient dans le stade Pierre-Fabre en tant qu'équipe invaincue. Mais qui n'a plus gagné à l'extérieur depuis le 23 décembre dernier, à Castres.

Pendant longtemps, avec son impressionnant gabarit qui n'a d'égale que sa forte voix, Christophe Urios a été l'image du Castres Olympique. Joueur castrais de 1990 à 1999, passé entraîneur sitôt sa retraite prise (jusqu'en 2003), il y était revenu en 2015, pour mener son groupe jusqu'au Bouclier de Brennus en 2018. 

Mais derrière ce sommet, derrière cet accomplissement, la sauce est rapidement retombée. Car en novembre dernier, les rumeurs étaient confirmées: le technicien avait décidé de s'engager avec Bordeaux-Bègles pour la saison suivante. Un choix qui a accompagné Urios durant toute la saison, notamment avant les affrontements entre les deux clubs. A l'arrivée, le CO a échoué à se qualifier pour la phase finale, tout comme l'UBB. 

Comme il l'a déjà vécu lorsqu'il entraînait Bourgoin ou Oyonnax, Christophe Urios va donc prendre place dans le vestiaire des visiteurs. Avec un atout, deux premières victoires initiales cette saison contre Toulouse (30-25) et Toulon (34-12), et une écharde dans le pied: son équipe n'a plus gagné à l'extérieur depuis le 23 décembre dernier. C'était alors à... Castres. Et comme le CO se trouve déjà sous pression après sa courte victoire à domicile contre Montpellier (26-25) et sa défaite au Racing (23-14), les hommes de son ancien partenaire, Mauricio Reggiardo, qui a pris sa succession, ont bien envie de jouer un mauvais tour à leur ancien coach.