Damien Traille (Biarritz)
Damien Traille (Biarritz) | GAIZKA IROZ / AFP

TOP 14 : AB-BO : Le derby de la survie

Publié le , modifié le

Dans un derby basque qui s'annonce particulièrement explosif, Bayonne et Biarritz jouent ce soir une partie de leur avenir en TOP 14. Parmi les autres rencontres de cette 8e journée de championnat de France de Rugby, Oyonnax, qui réalise un début de saison surprenant, reçoit l'orgre toulounais, les dirigeants du Racing-Métro Labit et Travers retournent chez eux à Castres, et Clermont, servérement défait à Montpellier la semaine dernière 3-43), voudra se refaire la cerise face à Bordeaux.

Bayonne (13) - Biarritz (14) : le derby de la déchirure

On sait l'importance de remporter un derby. On sait comme il galvanise les hommes, prêts à en découdre jusqu'au bout pour la reconnaissance, la dignité. Pour les joueurs comme les supporteurs, sortir victorieux d'une confrontation contre un club voisin est bien souvent une question d'honneur. Mais le duel qui oppose Bayonne à Biarritz ce samedi ne sera pas uniquement guidé par l'orgueil.

Biarritz, qui a déjà un genou à terre après sept journées de Top 14, doit frapper un grand coup. Il en va de son avenir en Top 14. Si les biarrots ont déjà traversé des zones de turbulence au cours de leur histoire, leur situation est cette fois bien préoccupante. Et pour cause : depuis le début de la saison, le BO n'a récolté que sept points en autant de matches et retrouvent bon derniers du championnat (six défaites au total). A la maison, les partenaires d'Harinordoquy ont même sombré trois fois (contre Clermont, Toulon et Grenoble), preuve qu'Aguilera n'est plus la forteresse imprenable qu'elle avait pu être il y a quelques années. Mais du côté des Biarrots, on y croit encore. Le centre Bleu Damien Travaille "ne veut pas entendre parler de Pro D2" en dépit de la défaite samedi dernier face à Grenoble. Et comme un malheur n'arrive jamais seule, l'infirmerie biarrote affiche "complet" avant le déplacement à Bayonne : Raphaël Lakafia, Iain Balshaw et Thibault Dubarry, et Dimitri Yachvili ont déclaré forfait pour ce derby sous tension. 

Les Bayonnais, eux, ne sont pas aussi prêts du précipice. S'ils pointent à l'avant-dernière place du classement et font figure de premier relégable, ils conservent cinq points sur la lanterne rouge biarrote. Précisons également que les joueurs de l'Aviron ne se sont déplacés que chez les gros poissons du Top 14 (Toulouse Clermont et Toulon). Pour le Midi Olympique, le troisième ligne bayonnais Julien Puricelli, qui dispute pour l'occasion son 9e derby basque, évoque "une super expérience, que l'on attend avec énormément d'excitation". Le BO, de son côté, l'attend surtout avec appréhension. 

Oyonnax (12) -Toulon (1) : champions d'Europe, et alors ? 

Aussitôt promus en TOP 14, aussitôt promis à la descente : tel était le sort que de nombreux observateurs voyaient réserver aux Oyonnaxiens. Mais le souci, c'est que les actuels 12e du championnat de France ne connaissent pas le complexe. Plus petit budget en première division, les Rhodaniens ont tout de même triomphé des Clermontois (30-19) et des Biarrots (24-22) fin août. Et leur défaite contre le Stade Français, actuellement deuxième TOP 14, s'est joué dans un mouchoir de poche (15-16). Oyonnax a donc de bonnes raisons d'espérer. Conscients de leurs forces, ils n'envisagent pas d'autre issue que la victoire face à l'ogre toulonnais. Pour des triompher des vice-champions, le coach d'Oyonnax Christophe Urios assure qu'"il faudra avoir l'esprit libre", et ce malgré la défaite à la maison contre les Franciliens la semaine dernière :'l'invincibilité à domicile est tombée (avant d'affronter le Stade Français, Oyonnax était invaincu à domicile). Il n'y aura plus la crainte de perdre. Il ne reste plus que l'envie de gagner". Ces dernières semaines, Grenoble, Castres, et même Montpellier ont montré que l'armada toulonnaise n'était pas invincible. Si Oyonnax veut arracher la victoire, il devra jouer avec son coeur. Une recette qui a fait ses preuves depuis le début de la saison.

Clermont (6) - Bordeaux-Bègles (10) : laver l'affront 

Rien ne va plus à Clermont. Déjà défaits par le promu oxyonnaxien en août dernier, les Auvergnats ont subi la semaine dernière le courroux de Montpellier en plein euphorie rugbystique (défaite 3-43). Ce soir là Montpellier, avec un Jonathan Pelissier intenable à la baguette, était injouable. Mais lorsque l'on est considéré comme l'un des favoris du Top 14, encaisser 40 points face à de "simples outsiders" fait forcément réfléchir. Pour écarter les doutes des esprits clermontois avec le match contre Bordeaux, Vern Carter, le manager clarmontois aurait voulu que tout le monde soit présent cette semaine. Problème : entre les internationaux (Parra, Domingo, Debaty, Chouly, Kayser, Fofana) et les blessés (Raphael Chaume), le voeu du coach de l'ASM n'a pas pu être excauser. Il pourra néanmoins se consoler avec les retours de Hines, Bardey, Zirakashvili, et Rougerie. Face aux Girondins, Clermont n'aura pas le choix. Ils devront gagner, et y mettre la manière. La H Cup ouvre dans moins de deux semaines. 

Castres (8) -Racing Metro (5) : comme on se retrouve

Face à l'autre club de la Capitale, les champions de France vont retrouver deux hommes qu'ils connaissent bien : leurs deux anciens coachs Laurent Labit et Laurent Travers. Si les retrouvailles entre les deux Laurent et le Castres Olympique seront forcément empreintes d'émotions, l'équipe désormais entraînée par Mathias Rolland considère le retour des deux enfants du pays avec méfiance :"les deux Laurent connaissent très bien cette équipe, c'est évident" confie t-il au Midi Olympique. "En plus l'effectif n'a pratiquement pas changé cet été". C'est peu de le dire. Samedi dernier, les quinze joueurs alignés côté CO évoluaient déjà sous leurs ordres. Les Parisiens, qui comptent quatre points d'avance sur Castres au classement général, bénéficieront sans aucun doute de leur connaissance parfaite de l'adversaire. 

Grenoble (7) - Brive (11) : le choc des bonnes surprises

Facile vainqueur de Perpignan la semaine dernière (31-6), Brive ira sur le terrain de Grenoble, qui a également triomphé des Bittérois (27-21) pour son dernier match. Concurrents dans la course au maintien, ce choc entre les deux bonnes surprises du championnat promet une belle partie. Toutefois, la rencontre se jouera sans Lorée, David, Ninard, Bouchet Fabro et Hulme côté Isérois, et sans Hauman Shvelidze, Péjoine, et Ferreres côté Brivistes. 

Perpignan (9) - Toulouse (4) : L'USAP pour la passe de cinq 

Perpignan peut-il remporter un cinquième succès d'affilé face à Toulouse ? Depuis le 4 Novembre 2011, l'USAP n'a plus perdu contre l'équipe coachée par Guy Noves. Mais attention : depuis la sévère déculottée reçue à Montpellier début septembre (0-25), les Toulousains se sont clairement refaits la cerise : après une large victoire contre Biarritz (31-7) et surtout un succès face aux derniers champions de France (26-9), les partenaires de Maxime Beauxis se sont rassurés. Mais ce soir, ils devront se passer de leur capitaine Thierry Dussautoir, Picamoles, Clerc (blessés ou en convalescence) et de Vermaak, Albacete, Steenkamp et Ralepelle, qui participent au tournoi des Four Nations.  

Jean Charbon